Publié le 16 Septembre 2014

Evaluation du travail de Michael Jackson  par  Armond White, critique musical et de films américains.

En tant que critique, il est qualifié de passionné, pervers, furieux, exaspérant, perspicace, obtus, humain, impitoyable, intrépide,  et, dans son meilleur jour, outrageusement passionnant. Beaucoup de gens le méprisent, parce qu'il peut être un intimidateur dans la presse.

 

Il écrit :

 

Michael Jackson a fait la meilleure vidéo en 1991 avec "Black or White", elle était facilement supérieure à n'importe quel court métrage ou long métrage présenté au public cette année là. Je combine les valeurs musicales et filmiques, car "Black or White" a l’approche visionnaire de l'égalitarisme - se terminant par une séquence encore miraculeuse de morphing génétique et contrebalancé par un solo de danse de frustration et de rage - un exploit singulier: Son rythme constant  a été accompagné par  une suites d'idées provocatrices, et palpitantes.

 "Black or White" en première sur la FOX a été l'un de ces moments mémorables lorsque Michael Jackson a introduit le monde, ensemble,  à travers son art. L'unification est, bien sûr, l'héritage de MJ. Mais pas seulement dans un sens Lovey Dovey. Le commandement de MJ  pour l'attention populaire était toujours inattendu et difficile. Chaque marqueur culturel / historique,  a démontré sa sensibilité unique, la plupart du temps avec un goût superbe, (hormis ses goûts pour les films d’horreur)  mais son intelligence et ses talents  était apparemment illimitées: un chanteur génial, compositeur, danseur et, en termes de films, interprète-comme-auteur.

Cette carrière remplie de jalons n'a pas pris fin avec la mort de Jackson (...) à 50 ans. Malgré les vautours médias pas en grève dans leur chasse au trésor en cours, la perte de Michael Jackson a fait éclore un trafic Internet sans précédent,  que les experts ont cité  comme ayant amenuisé le cyberespace et les échanges sur la récente élection de l'Iran (en 2009). Son incarnation personnelle de changement culturel et politique moderne a commencé avec la première apparition à la télévision nationale de Michael à  11 ans sur The Hollywood Palais d’ ABC, en train de chanter  le toujours étonnant "I Want You Back" avec ses frères les Jackson Five. Les enfants prodiges et les débuts sensationnels sont monnaie courante dans le show business, alors qui pouvait imaginer, l'introduction ludique que Jackson augurait ?

Les réalisations extraordinaires qui ont suivi ont éclipsés la carrière des étoiles qui avaient atteint une plus grande estime  par des activités simples; MJ incarne pour tous,  les plus grands avantages sociaux de la libération de l’expression  noire américaine. MJ a poussé le R & B en avant, en ajoutant de la définition émotionnelle dans la vie des consommateurs culturels, cela ne ressemblait pas à du showbiz comme d'habitude. Les dossiers "ABC", "The Love You Save" et "I'll be there"  dégagent une nouvelle énergie et une puissance d'exemple pour la culture des jeunes. Ensuite, MJ s’est confondu  dans la convention avec l'étonnamment poignant "Ben." La même année Diana Ross a cherché à infiltrer Hollywood avec le biopic Lady Sings the Blues. Mais MJ a pris sa chance tellement au sérieux que tranquillement il a imprégné l'air du temps. Les gens qui n'apprécient pas "Ben" n'apprécient  pas vraiment la culture pop et restent démunis face à MJ. Son offre,  d’une émotivité profonde a enseigné aux adolescents  qu’ils pouvaient  ressentir autrement et plus profondément ce qu’ils n’avaient pas réalisé. Voici la partie de la beauté de : "Ben" elle  n'était pas seulement destinée aux fans noirs,  mais également aux auditeurs blancs qui ont également répondu (beaucoup d'entre eux),  en reconnaissant et en donnant leur assentiment d’un gage sincère de MJ. C'est pourquoi, 25 ans après "Ben,"  le slogan lui reste attaché. Il lui avait été refusé par les médias racistes et les adorateurs d’Elvis, mais MJ s’est arraché des griffes égoïstes de polarisation de l'industrie. Certains se moquaient, mais les auditeurs et les observateurs pointus savaient que c'était vrai.

Au-delà de l'orgueil, MJ a osé  insister sur l'affirmation de soi  en disant que les artistes noirs étaient généralement trop modestes (ou sous-financés). Depuis l'enfance, MJ a acquis une compréhension de la façon dont l'industrie du disque fonctionnait ainsi que le travail des médias. Il visait la domination culturelle, puis réalisait le  moonwalk à travers notre conscience – Le Petit Michael a commencé à chanter avec le désir d’un profond sentiment d'urgence. Les deux "Ben" et "I Want You Back" ont offert un  sentiment d'immédiateté particulière à grand bruit, tenant les témoins,  dans un moment privé intense. Ce n'est pas ironique que ces documents incarnent l'illusion de la jeunesse pour l'immortalité. C'est un cadeau.

La plupart des gens ont une chanson préférée ou une performance de MJ qui illustre la façon avec laquelle ils arrivent  à comprendre et partager la joie et la tristesse, la célébration et l'isolement. MJ a médiatisé ces choses – cela a été certifié lorsque les films récents 13 Going On 30 et Wackness ont rendu hommage à MJ. La Prise de conscience de son art est une partie naturelle de l'expérience moderne. MJ était un fait de la vie pour les 40 dernières années,  marqué par le manque de respect des medias qui  l’humiliaient "J ****" de journaleux !!!  Ils ont privé le monde de pouvoir apprécier la merveille et la profondeur de l'art de Jackson. Les critiques accordent facilement le statut de héros pour certains artistes, mais si Bob Dylan, Kurt Cobain, PJ Harvey et Eminem ne sont pas les «génies» de la pop, ce mot peut décrire adéquatement la créativité pour changer le monde, l'artisanat incroyable et la précision miraculeuse de Jackson.  Ses problèmes personnels ne justifient pas qu’il soit nié. Les intervenants traditionnels ont du mal à accepter le progrès intellectuel, spirituel et esthétique de MJ absorbant Fred Astaire, Gene Kelly, Billy Eckstein, Sam Cooke, James Brown et Bob Fosse, dans le but de poursuivre leur travail dans son propre style.

Il y a beaucoup d'originalité à réfléchir sur cela : si la course défiant le polémique "Black or White" comme  de nombreuses vidéos de musique innovantes ou "Scream", "Bad" (meilleur film post-des années 70 de Scorsese) et le redoutable "Thriller",  que beaucoup de gens admirent, elles ont d'abord montré le talent unique de MJ pour combiner un spectacle populaire avec une angoisse personnelle. Retour à 1971 de «I'll be there» (son essence même apparaît dans l'œuvre tardive de MJ). : Ce début classique était plus une chanson d'amour, et la sincérité de la jeunesse transmettait une pureté angélique dans un lyrique étrange, ". Avec vous  je dois faire un pacte / Nous devons apporter  le retour du salut " L'évocation religieuse n'est pas écœurante; il reconnaît le besoin spirituel de l’ardeur romantique. L'innocence de base de la voix de Jackson confirme qu'il est naturel. Jackson a hérité de la tradition pop de la chanson comme le catéchisme; comme un dévot, il a grandi dans son propre crédo sincère.

En 1980 avec  "Lovely One", chanté avec ses frères, pour leur mère Katherine Jackson, cela devient une ode à la féminité - l'idéal romantique. MJ n'élude pas sottement les distinctions, mais en grand impératif émotionnel de la pop, les frontières sociales se dissolvent dans le funk et l'extase du chant. "Vérifiez ce sentiment!" Il s’exhorte à tous ceux qui l’écoutent. Le fait de se sentir dans sa musique, le chant et les harmonies fraternelles, prouvent la bonté de l'amour. Grâce à la funk vivifiée de "Lovely One", Jackson démontre la maîtrise rythmique qui va au-delà de l’intellectualisation.

Le Révérend Al Sharpton a eu raison de rappeler, avant que Tiger Woods, Oprah Winfrey et Barack Obama aient  bénéficié d’une autocongratulation de masse, Michael Jackson était un personnage essentiel contribuant à encourager  l'illumination du monde libéral. Comme un produit de l'ère des droits civiques, il a été un inspirateur inestimable de l’ouverture d'esprit. Une partie de l'ascension sociale de MJ provient de sa volonté de dépasser les limites sociales et professionnelles des pionniers sociaux noirs qui l'ont précédé. Son élégante et géniale précision de scène et de studio découle de l'aspiration industrielle du Nord et de ce qui s’est passé avant,  pour les générations futures de la grande migration. Cela reste mystérieux pour de nombreux spécialistes de la musique pop encore coincés dans la condescendance, la perception sentimentale sans instruction, prétendant que les Noirs sont des noirs terreux "authentiques". Les condoléances à contrecœur du président Obama suggèrent que ce snobisme existe toujours dans les hautes sphères. Comme un artiste de Motown, MJ a défié ce stéréotype comme un moyen de garantir sa propre réalisation culturelle, mais il a aussi jeté les bases spirituelles et matérielles de la réussite - l'acceptation et la satisfaction - qui durent.

Inhérente à tous les pionniers MJ est la croyance - la preuve - que les droits civils et les promesses d'égalité sont réalisés dans l'expression ouverte et créative d’un groupe et de sentiments individuels. Les artistes confient une foi particulière dans leur expression publique: Afin que ce qu'ils ont à dire soit entendu et compris ("Beat It" a  changé plus de cœurs que le caucus de l'Iowa) Grâce à l'audace offerte par un talent exceptionnel, cela devient plus qu'un espoir que vous pouvez saisir personnellement.

MJ a eu l'audace de croire qu'il pourrait aussi créer de la communication à plus grande échelle dans des hymnes sincères comme "We Are the World", "Earth Song" et " Man in the Mirror. " C'est une merveille du pop art,  lorsque vous ne pouvez pas vraiment séparer les gravités d'un hymne d'une parole d'amour. Avec cet éclair de vérité émotionnelle dans l'art de MJ, il est possible de mettre de côté les scandales. Qu'est-ce que ce véritable artiste a évité? ".

Source : Armond White, critique musical et de films américain : http://nypress.com

MICHAEL JACKSON incarne pour tous,  les plus grands avantages sociaux de la libération de l’expression  noire américaine.

Black or White est le premier single extrait de l'album Dangerous  de Michael Jackson. Sorti officiellement le 11 novembre 1991, quelques jours avant l'album, le morceau, un mélange de pop rock, de dance pop, de hard rock et de rap, est considéré comme un des plus grands succès populaires des années 1990 ainsi que l'un des plus grands succès dans la carrière de Michael Jackson.

La chanson a atteint la 1re position aux Etats-Unis, au Royaume Uni ainsi que dans 18 autres pays dont la France et la Suisse.

Le clip-vidéo diffusé pour la première fois le 14 novembre 1991 a été sujet à plusieurs critiques qui ont néanmoins participé au succès de la chanson. Celle-ci se retrouvera d'ailleurs au programme du Dangerous World Tour  ainsi que du  History World Tour. La chanson était également planifiée au programme de la tournée This Is It. 

La vidéo originale commence dans une banlieue américaine avec l'acteur Macaulay Culkin   jouant le rôle d'un jeune fan de Michael Jackson et dont le père lui ordonne d'éteindre la musique qu'il écoute. Mais au lieu de faire cela, le personnage de Macaulay Culkin  décide d'amener des enceintes géantes dans son salon en mettant le son à fond, ce qui envoie le père sur son fauteuil à travers le toit ! Le père atterrit en plein milieu d'une savane africaine. La musique de Black or White démarre alors, et Michael Jackson  amène les téléspectateurs dans un voyage autour du monde, de pays en pays et de culture en culture. À la fin de la chanson, le clip présente une séquence de morphing  de visages de personnes de sexes, d'origines et de couleurs différentes (parmi ces personnes figure le mannequin Tyra Banks )  pour symboliser l'unité des êtres humains. On voit juste après le morphing des visages une panthère qui se déplace hors du studio. C'est en fait Michael Jackson (là encore il y a une scène de morphing) qui va danser et se déchaîner dans une rue pendant 5 minutes environ, sans musique. Puis il redevient une panthère et s'en va. À la fin du clip on peut voir Bart Simpson  regardant le clip et Homer  qui intervient pour interrompre le poste de télévision. Cette séquence est un clin d'œil à la série les Simpson   pour laquelle Michael jackson  s'était vu dédier un épisode  diffusé pour la première fois le 19 septembre 1991.

Voir les commentaires

Publié le 14 Septembre 2014

HAMPTON STEVENS est un écrivain basé à Kansas City, dans le Missouri. Son travail a été publié dans The Atlantic, ESPN Magazine, Playboy, Gawker, Maxim, et de nombreuses autres publications.

  source : http://www.theatlantic.com/entertainment/archive/2010/06/michael-jacksons-unparalleled-influence/58616/?single_page=true#disqus_thread

 

Ci-après la traduction de son article du 24 juin 2010 :

 

Michael Jackson était l'artiste le plus influent du 20ème siècle. Cela peut sembler choquant pour certaines oreilles. Jackson, après tout, n'était qu'une pop star. Qu'est-ce que sont les grands écrivains du siècle comme Fitzgerald et Faulkner ? Qu'en est-il des artistes peintres, tels que Picasso et Dali, ou les maîtres du cinéma de Chaplin à Kubrick ? Même parmi les musiciens influents, Michael a-t-il  plus d’importance que les Beatles? Qu'en est-il de Louis Armstrong, qui a inventé le jazz, ou Frank Sinatra, qui l’a réinventé pour les blancs ? Ou Elvis Presley, qui a fait la même chose avec le blues et le gospel, en étant fondateur du processus ? Michael Jackson est-il plus grand qu’Elvis ?

Tout d'abord, il n'est pas question que les musiciens du 20e siècle aient eu un impact plus culturel que toute autre sorte d’artiste. Il n'existe pas, par exemple, un peintre du 20ème siècle plus célèbre qu’un artiste comme Sinatra. Il n'y a pas de réalisateurs ou stars de cinéma qui sont plus culturels que les Beatles, et aucun des écrivains du 20ème siècle n’ont touché plus de vies qu’Elvis. On peut Considérer que des milliers d'êtres humains, de Bangkok jusqu’au Brésil, gagnent leur vie en faisant semblant d'être Elvis Presley. Quand pour la dernière fois avez-vous eu une bonne impression sur Picasso?  Cependant, Même Elvis, a été éclipsé par la carrière de Jackson.

Tout d'abord, à l'exception possible de Prince et Sammy Davis Jr., Michael Jackson avait tout simplement plus de talent brut en comparaison de l'un de ses pairs. Le roi de la pop règne comme artiste non seulement en raison de son talent exceptionnel au 20ème siècle, mais parce qu'il a été en mesure d'emballer ce talent d’une toute nouvelle façon. Dans la forme et le contenu, Jackson a simplement fait ce que personne n'avait fait auparavant.

Louis Armstrong, par exemple, a  fait de la musique en tant qu'interprète en direct et a adapté son art pour les enregistrements et la radio. Sinatra et Elvis ont également fait des enregistrements.  En fin de compte  il n’y  avait que l'expansion des personnages sur scène dans les médias, ils vivaient essentiellement  par la seule force de leurs charismes. Les Beatles étaient des hybrides; le grand groupe live a été rendu populaire par la radio et la télévision, ils ont été forcés par leur propre gloire de devenir les premiers grands artistes de studio. Pour  Jackson, cependant, c’était tout autre chose. Quelque chose de nouveau. Visiblement, il a fait de grands dossiers, souvent avec l'aide de Quincy Jones. L’Influence musicale de Michael Jackson sur les artistes suivants est tout simplement inévitable, de ses disciples immédiats comme Madonna et Bobby Brown, et la suite des stars comme Usher et Justin Timberlake. Certes, Jackson pouvait également électriser un public. Sa vraie toile, cependant, était toujours l'écran vidéo. Surtout, il a été le premier grand artiste télévisuel. De son enfance avec les Jackson 5, à l’âge adulte pour le 25e anniversaire spécial de Motown,  aux dernières histoires tristes des tabloïds, Jackson a vécu et est mort pour la télévision. Il est né en 1958, et a fait partie de la première génération d'Américains qui connaissait un monde sans télévision. Et Jackson n'a pas seulement grandi par la télévision. Il a grandi avec elle. La célébrité de l'enfant, la grande bénédiction et la malédiction de sa vie, lui permettent d'internaliser les conventions du médium et de voir son potentiel de façon qu'aucun interprète n’ait pu le faire plus tôt.

Le résultat, n’était plus juste du grand art. Il s'agissait d'une nouvelle forme d'art. Jackson a transformé les petits budgets en  clips promotionnels afin de promouvoir un hit dans le grand art, un tout nouveau genre qui combine toutes les formes des médias de masse du 20ème siècle : la vidéo de musique. C'était cinématographique, mais pas un film. Il y avait des éléments de performance live, mais ce n'était pas un concert. Il y avait un mélange homogène de chant et de danse qui n'étaient pas ringards comme à Broadway, c'était à la télévision, mais très différent de ce que les gens avaient l’habitude de voir sur un écran.

La sagesse conventionnelle a souvent répété : « les vidéos que Michael Jackson a faites à MTV  ont ainsi changé l'industrie de la musique »  cela n'est qu'à moitié vrai. Cela ressemble vraiment au fait que l'industrie de la musique a prospéré en englobant le talent de Jackson et s’est amoindrie à nouveau sans lui. Les Vidéos n'avaient pas d'importance avant Michael, et elles ont cessé d’avoir de l'importance à peu près au moment culturel précis, où il a cessé de produire du bon travail. Sa vidéo la plus  pertinente, "Black or White", était essentiellement le chant du cygne.

Si Jackson n’avait été seulement qu’un grand musicien qui a aussi inventé la musique vidéo, cela n’aurait toujours pas eu autant d'importance. Madonna  était presque aussi douée pour la communication par vidéo à l'écran. Cependant, L’esthétique que  Jackson communiquait, était beaucoup plus puissant, libérateur et dans une autre résonance que le sien. Il était énormément plus puissant en comparaison de ce qu’Elvis et Sinatra ont communiqué. Par conséquent,  qu’il soit l’«artiste le plus influent» est une chose.

La musique populaire américaine a toujours contesté les stéréotypes pour  faire tomber les barrières. Tout au long du siècle, que ce soit dans le Jazz, le Rock ou le Hip-Hop, des artistes noirs et blancs de styles mélangés, ont implicitement, et souvent explicitement, prôné l'égalité raciale. La musique populaire a toujours contesté les rôles sexuels, aussi. Dans le Top 40 des artistes en particulier cela va  de Little Richard à la  proto-féministe Leslie Gore, David Bowie, Madonna et Lady Gaga qui ont poussé le progrès social en enfreignant  les règles du genre.

Jackson était clairement une figure tragique, et son traumatisme de l'enfance ne l’a pas aidé. Mais son défaut fatal, et en même temps la source de son immense pouvoir, était une vision romantique vraiment révolutionnaire. Pas romantique comme on le pense des  fleuristes ou de la façon  dont les cartes de voeux utilisent le mot, mais plus, dans le sens de *Byron*, quelqu'un qui passe toute sa vie  sur un idéal de création, au mépris de l'ordre social et même de la loi naturelle. L’Idéal romantique de Michael Jackson,  lui est apparu alors qu’il était encore un enfant  aux côtés du fondateur de Motown : Berry Gordy.   A l'aide de la musique pop il fallait  construire l'harmonie raciale, sexuelle, générationnelle et religieuse.

Il n'a pas seulement fait la promotion éthique égalitaire de la pop, il a littéralement essayé de l’incarner.

Lorsque cette vision est devenue une obsession,  dans une addiction standard du showbiz pour la chirurgie esthétique,  c’est devenu quelque chose d'infiniment plus ambitieux et d’infiniment plus inquiétant. Jackson a consciemment essayé de se transformer en un mélange indéterminé de types humains, dans une sorte de mélange de mâle et femelle, adulte et enfant. Il n’était, cependant, pas une personne à plusieurs profils. Il était juste une personne normale, même s’il était extrêmement talentueux. Mais le temps change en poussière chaque personne, peu importe comment elle chante. A son apogée créative, cependant, il semblait presque possible que Michael puisse être absolument tout ce qu'il voulait. Diana Ross, un jour, Peter Pan  un autre, etc... Chaque note chantée était à couper le souffle, chaque pas de danse était  incroyable et  ses tenues  un peu folles ont projetés le même message. Il n'y avait plus de barrières de race, de sexe, de classe ou d’âge,   voulait-il dire à son auditoire. Vous aussi, vous pouvez être et faire ce que vous voulez. Nous ne sommes limités que par notre pouvoir de rêver.  Hélas, des décennies bloqué contre cette paroi irréfutable ont ravagé son corps, puis son âme, et ont finit par le détruire.

Comme les années passent et que l'histoire assainit sa mémoire, la légende de Michael Jackson ne fera que croître. Un jour, en plus d'être l'artiste le plus influent du 20ème siècle, il pourrait bien renverser Elvis et  devenir l’artiste le plus emblématique. Elvis  est mort depuis 1977.  Après deux ou trois décennies,  Michael pourrait bien avoir plus de sosies qu’Elvis  de Bangkok  jusqu’au Brésil.

 

Pour info :

(*BYRON* : George Gordon Byron, 6e baron Byron, généralement appelé Lord Byron, est un poète britannique, né le 22 janvier 1788 à Londres et mort le 19 avril 1824 à Missolonghi, en Grèce, alors sous domination ottomane. Il est l'un des plus illustres poètes de l'histoire littéraire de langue anglaise.

Victime du cant, haï par les hommes politiques pour ses idées libérales et sa sympathie pour Napoléon, fuyant ses créanciers, Byron décide de quitter l'Angleterre et embarque à Douvres avec Rushton, son domestique Fletcher et un jeune médecin, John William Polidori, le 24 avril 1816 ; il ne reviendra plus.

Grand défenseur de la liberté, révolté contre la politique et la société de son temps, l'Europe du Congrès, il s'est engagé dans toutes les luttes contre l'oppression : en Angleterre dans la défense des Luddites, en Italie avec les Carbonari, en Grèce dans la lutte pour l'indépendance. Hors norme et sulfureux, homme de conviction autant que de contradictions, à la fois sombre et facétieux, excessif en tout, grand sportif, éternel amoureux (de l'Italie, de la Grèce, des femmes, des hommes…), pourfendeur de l'hypocrisie sous toutes ses formes, il reste une source d'inspiration pour de nombreux artistes, peintres, musiciens, écrivains et réalisateurs.)

Source : Wikipedia.

L'influence inégalée de MICHAEL JACKSON, selon Hampton Stevens. .

Voir les commentaires

Publié le 5 Septembre 2014

Le USA patriot act donna un pouvoir accru au FBI, notamment via l'usage des lettres de sécurité nationale   (NSL), obligeant toute personne, physique ou morale, à lui transférer toute donnée personnelle  intéressant le FBI, sans avertir la personne concernée par cette surveillance.

L’innocence de MICHAEL JACKSON  ne fait aucun doute selon Les fichiers du FBI. CHARLES THOMSON  raconte comment les médias se sont servis de ces fichiers :

 

Je dois commencer par dire que la publication du dossier de Michael Jackson par le FBI n'était pas motivée par le désir de nuire à son héritage ou salir son nom. Beaucoup de fans de Michael Jackson sont naturellement méfiants à l'égard de l'établissement qui a poursuivi à plusieurs reprises l'étoile de fausses accusations, mais la libération du dossier  FBI de Jackson n’est pas un complot. Le dossier de Jackson a été demandé en vertu de la Freedom of Information Act (FOIA) et je faisais partie de ceux qui l'ont demandé.

La FOIA permet aux membres du public de demander des informations classifiées ou inaccessible détenues par un organisme public. La loi vise à défendre la démocratie en permettant aux citoyens de contrôler quoi que ce soit à partir des rapports locaux budgétaires du gouvernement à des dossiers sur les observations d'OVNI. Les demandes ne peuvent pas être rejetées pour une poignée de raisons, y compris les questions de vie privée et la sécurité nationale.

Quand j'ai demandé le dossier de Michael Jackson au FBI, je n'étais même pas sûr qu'il  y en ait un. S'il y  en avait un, je n'avais aucune idée de ce que j'allais trouver dedans. Dans celui de Sammy Davis Jr je n’ai rien trouvé hormis d'innombrables enquêtes sur les menaces de mort envoyées au chanteur. Dans celui de James Brown, cependant, j'ai trouvé un récit explosif de son infâme « poursuite en voiture» datant de 1988, qui m’a montré les autorités sous une très mauvaise lumière et contenait de nombreuses accusations de brutalités policières.

Le FBI a publié près de 300 pages sur Jackson, représentant moins de la moitié de son dossier global. La raison derrière le refus de l'autre moitié doit encore être rendue publique, mais il s'agit très probablement d’informations sur les relations de Jackson avec des personnes encore vivantes  et qui sont d'intérêt pour le bureau – les militants des droits civiques comme Al Sharpton et Jesse Jackson, et les différents hommes d'affaires de l'Est ainsi que la famille royale avec laquelle Michael Jackson s’était lie d'amitié.

La moitié du dossier global  du FBI des dossiers de Jackson soutient entièrement l'innocence de la star.  Un long rapport montre que lorsque le Neverland Ranch de Michael Jackson a été attaqué en 2003, le FBI a saisi chaque ordinateur et passé la propriété au peigne fin à la recherche de tous les fichiers incriminés ou l'activité Internet. Le  dossier de Jackson contient des résumés individuels des conclusions du FBI pour chacun des 16 ordinateurs. Il est griffonné en lettres capitales à travers chacun de ces 16 rapports - «RIEN».

Mais très peu des médias ont inclu cette pépite. En fait, de nombreux journaux - y compris le Daily Mail – ont à tort signalé que le fichier ne comprenait pas les conclusions du bureau.

Sur un plan plus général, les fichiers montrent que ce n'était pas seulement la force de police de Los Angeles qui poursuivait Jackson durant plus d'une décennie et a échoué à produire un iota d'information pour connecter l'étoile à un crime - c'était aussi le FBI. La vie de Jackson a été disséquée et son comportement a été étudié pendant plus de 10 ans par deux grandes agences  de loi.  Qu’aucun élément de preuve n’ait jamais  pu être produit pour indiquer sa culpabilité en dit long.

Dans l'ensemble, les médias n'ont pas tout à fait dit cela  de cette façon.  

Le dossier du FBI comprenait de nombreuses allégations rapportées au bureau que, bien sûr, les médias ont  en général faussement signalées comme propres conclusions du Bureau. Voici donc une rupture de ce que les médias ont dit  qui existaient dans le dossier du FBI de Jackson, et ce que le fichier contenait en fait.


MYTHE: Michael Jackson a été étudié pour possession de pornographie juvénile.

FAIT: Le dossier du FBI comprend une analyse menée sur une cassette vidéo « connectée à Jackson afin de déterminer si oui ou non il a regardé de la pornographie juvénile ». Certains médias ont affirmé à tort que la bande avait été saisie à Neverland. En fait, la bande a été saisie par les douanes à West Palm Beach et il n'y a aucune indication qu’elle n’ait jamais appartenue à Jackson. Le fichier indique seulement que la bande a été « liée à Jackson »  mais la connexion montre uniquement  que le programme enregistré sur la cassette avait le nom de Jackson dans le titre. !!!

Le dossier du FBI ne contient aucune indication que la bande comprenait de la  pornographie juvénile, et ne contient aucune indication que la bande a été en possession de Michael Jackson.

Mais ce n'est pas une histoire particulièrement favorable aux médias; une vidéo qui n'a pas appartenu à Michael Jackson a été analysée et  ne contenait pas de pornographie juvénile. Donc, les médias ont raconté leur propre histoire,  en travaillant sur l'hypothèse que personne ne lirait les fichiers pour vérifier les faits eux-mêmes.


MYTHE: Le dossier du FBI révèle que Jackson a été surveillé en 1985 pour avoir agressé deux garçons mexicains.

FAIT: Un agent du FBI a enregistré une allégation pour laquelle le bureau avait déjà enquêté sur Jackson en 1985 pour la molestation de deux garçons mexicains. Cette allégation a été faite par un auteur anonyme qui dit que l'histoire était venue de lui au cours des recherches pour un livre. Le FBI a perquisitionné ses dossiers et n'a trouvé aucune preuve qu'une telle allégation leur avait été signalée :


... Mais la majorité des médias ont  omis de mentionner ce fait important. Un simple oubli, je suis sûr ...


MYTHE: Le FBI a trouvé un couple dans les Philippines qui a été témoin d'actes de maltraitance à Neverland.

FAIT: Ce couple - Mark et Faye Quindoy - avait travaillé au ranch de Neverland entre 1989 et 1991, mais il y avait un conflit sur ​​les salaires. Entre 1991 et 1993,  personne n’a jamais déposé de plainte disant  que Jackson s'était  comporté de façon inappropriée avec n'importe quel enfant. Cependant, après que les allégations de 1993 ont éclatées, les Quindoys ont  commencé à vendre des interviews sur des allégations de mauvaise conduite de Jackson.

Les créances du couple étaient suspectes depuis le début. Ils avaient quitté Neverland en 1991 dans un différend salarial, mais ensuite ils sont allés raconter aux tabloïds que la raison de leur départ était qu'ils étaient consternés par le comportement de Jackson       avec les enfants - une fiction prouvable. En outre, s’ils avaient été tellement choqués et consternés par le comportement de Jackson, pourquoi n'avaient-ils pas pris contact avec les autorités?

L'histoire de Mark Quindoy a été modifiée à plusieurs reprises;  il a été payé pour son histoire, la brutalité présumée est devenue épouvantable. Les procureurs dans l'affaire de 1993  ont envoyé deux officiers à Manille pour interviewer le couple, mais les policiers ont conclu que «leur témoignage était sans valeur et la crédibilité de leurs revendications hautement contestable ».


MYTHE: Le FBI a constaté que Jackson s'était engagé dans le sexe au téléphone avec un garçon britannique.

FAIT: Cette histoire est une gracieuseté de The Sun !

Le dossier du FBI fait référence brièvement à un article de journal dans lequel un homme appelé Terry George  affirme que Jackson, 19 ans, s'était engagé dans phonesex avec lui quand il n'avait que 13 ans.


Le  Sun était plutôt fier que cette histoire  soit référencée dans le dossier du FBI parce que c'était le Sun qui l'avait publiée en premier lieu. En tant que tel, le journal n'a pas tardé à siffler son propre chant, type fanfare,  titrant «une enquête du FBI sur Jackson suite à  l'enquête de the Sun. »

En fait, le FBI n'a pas enquêté sur cette demande,  et à ce jour, aucune preuve n'a été produite pour soutenir l'histoire de Terry George.

Dans son histoire sur le dossier du FBI, the Sun a évoqué à plusieurs reprises le coup de téléphone entre Jackson et Terry George comme une question de fait, même si aucune preuve n'a jamais été produite pour prouver que la conversation n'a jamais eu lieu.

George est un homme de caractère douteux pour dire le moins, actuellement il est propriétaire d'une chaîne de sociétés graveleuses de Phonesex. Son histoire ne semble pas ajouter une quelconque finesse. Malgré un comportement inapproprié supposé de Michael Jackson, le site de George porte une photo de lui-même avec la star,  plus de cinq ans après le coup de téléphone qu’il  aurait passé. Les deux se regardent toujours comme des amis.

Dans des entretiens ultérieurs George a décrit comment il a perdu contact avec Jackson, enfin,  il a eu recours à un comportement qui pourrait être décrit comme du harcèlement -  Il appelait Jackson tout le temps, traînait  autour de ses hôtels, en essayant de bluffer la sécurité de Jackson. Plus que tout, l'interview de George avec the Sun ressemblait  à un acte de vengeance d’un jaloux aigri. Quoi qu'il en soit, le FBI n'a trouvé aucun fondement à l'affirmation de George.

 

Source : http://charlesthomsonjournalist.blogspot.fr/2010/01/fbi-files-support-jacksons-innocence.html

Dans le dossier FBI de MICHAEL JACKSON, il est mentionné en lettres capitales à travers chacun des 16 rapports " RIEN "

Voir les commentaires

Publié le 4 Septembre 2014

Préambule : Teron Beal, un homme à part



Il y a deux types de fans chanceux : Ceux qui ont côtoyé Michael... et ceux encore plus rares qui ont travaillé avec lui. Teron Beal, artiste compositeur, fait lui partie de cette seconde catégorie. Mais ce n'est pas tout ! Car bosser avec Michael est une chose, mais voir l'un de ses projets retenus en est une autre. Là  encore, Teron Beal a frappé fort, puisqu'il a vu l'une de ses chansons Heaven Can Wait retenu sur l'album Invincible ! Un honneur, quand on sait que plus d'une centaine de titres – et des centaines de démo- ont été produits pour ce qui restera comme l'album le plus couteux de tous les temps... mais que seulement 16 titres ont été retenu ! Le tout dure d'ailleurs 77 minutes, au passage...


 Teron Beal a été invité au vernissage d'une exposition « pop art » du peintre Yann Couedor, organisée à l'hôtel 3.14 à Cannes le samedi 28 mai par la société Time is People. Celle-ci est chapeautée par Désiré Aman (lui-même directeur artistique de la soirée promo This is it au grand Rex à Paris en 2009).

Qu'est ce que Teron Beal faisait dans une expo à Cannes ? Et bien la réponse est simple : L'organisateur Désiré Aman est fan de Michael Jackson, Yann Couedor est fan aussi... de fait Teron avait parfaitement sa place à la soirée ! Les trois hommes se connaissent d'ailleurs bien. D'autant plus que Yann a peint le portrait de Teron Beal... et sans surprise aussi celui de Michael.



Ainsi, c'est dans une ambiance très « Jacksonienne » que s'est déroulée la soirée. Les fans de MJ étaient très nombreux. Cependant, afin de ne pas mélanger les pinceaux et par respect pour Michael, le staff souhaitait surtout que le « Roi de la Pop reste en filigrane durant l'évènement ». Ce n'était pas un plan com autour de MJ.

Il n'empêche que pour les fans, le choc de la rencontre avec Teron Beal revenait en pleine face comme un boomerang, toutes les minutes. Le chanteur compositeur, très jeune , avait à peine la vingtaine d'année quand il a rencontré la première fois MJ en studio ! Aujourd'hui encore, cette rencontre doublée d'une collaboration reste pour lui « bouleversante ». Avec pudeur et une grande humilité, il revient en exclusivité pour MJF sur cet épisode singulier de sa vie. Voici ce qu'il fallait retenir de la rencontre, en tête à tête avec le créateur d'Heaven Can Wait. Un homme sympathique et accessible, dont la courtoisie n'est pas sans rappeler celle de son mentor éternel.

 

L'interview de Teron Beal

MJF : Bonjour Teron ! Tu as 36 ans et tu es un chanteur/auteur/compositeur d'origine américaine qui a composé des titres pour Jennifer Lopez, Pink, Kelly Rowland... et bien sûr Michael Jackson en personne. Tu as eu le privilège de voir l'un de tes titres, Heaven Can Wait, carrément retenu sur l'album Invincible. Peux-tu nous raconter en détail ta première rencontre avec Michael ?

Teron Beal : Bonjour. Je suis très heureux de me confier aux média français. Je n'ai pas l'habitude de m'exprimer sur mon passé, mais aujourd'hui j'ai envie de le faire. J'ai besoin de partager cela. Déjà , sachez que je suis extrêmement honoré d'avoir travaillé avec mon idole depuis que je suis gosse, le grand Michael Jackson. Je sais que j'ai eu beaucoup de chance qu'il choisisse l'un de mes titres, de le voir en vrai, de pouvoir lui parler. Aujourd'hui encore, je me demande si tout ceci est vrai ! C'est incroyable ! Michael est incroyable, c'est un génie.

Ma première rencontre de travail s'est déroulée dans un studio à Miami. Nous étions avant les années 2000, j'avais la vingtaine et Michael était entrain de créer son (ultime) album Invincible. Les locaux étaient très vastes, comme un véritable hangar. Je bossais sur mon titre avec Teddy Riley depuis déjà  5 jours. J'étais très heureux, de prime abord, de pouvoir approcher ce personnage très influent dans le monde de la musique ! Il connaissait très bien Michael, pour avoir déjà  collaboré avec lui par le passé. Les titres qu'ont fait Teddy et Michael ensemble font parti des plus fameux. Rien que de savoir cela, ça me donnait une énergie énorme durant nos sessions de travail !

La fin de semaine déboula très vite. Ma mère m'appela et me demanda au téléphone de revenir à la maison familiale au Texas pour une réunion de famille. Ma grand-mère était en effet malade. J'étais très embarrassé, car je ne voulais pas désobéir à ma mère... mais je souhaitais en même temps rester ici pour le boulot ! Quel dilemme. J'espèrais rencontrer Michael, il pouvait débarquer à tout moment. Notamment durant mon éventuel voyage au Texas. Je devais faire un choix, mais je ne savais pas lequel !

La situation se débloqua quand Teddy m'expliqua que Michael allait bel et bien venir en studio en fin de semaine. Je lui demandai si c'était sûr, ne réalisant toujours pas que je bossais pour le Roi de la Pop. Il me confirma sans détour la venue du Maitre vers 14 h 30, dans les studios. Tant pis pour ma grand-mère, elle attendra... Je rappelai ma mère et lui expliquai poliment que je devais rencontrer Michael Jackson.

Michael était une personne très secrète. On ne savait jamais quand et comment il allait venir ! Comme convenu, il arriva en fin de semaine. J'étais très excité et appréhendais beaucoup cette première rencontre. Des instructions furent données au personnel du studio : il fallait que la température de l'air ambiant soit douce, que l'eau ait la même température que l'air et qu'on amène du miel... Aussitôt dit, aussitôt fait.

Le téléphone de Teddy sonna, j'entendis depuis son portable la voix de Michael. Il était entrain d'appeler tandis qu'il s'approchait des studios. Teddy ouvrît la porte du hangar. Teddy et Michael, cette fois-ci en face à face, continuaient encore à se parler au téléphone ! Enfin, pas plus de quelques secondes. J'étais tétanisé, je faisais face à mon idole. Waow ! Je n'oublierai jamais cette première rencontre. Michael avec un pantalon noir, une chemise rouge et des lunettes opaques. Il avait l'air détendu, alors que moi j'étais tétanisé. Michael était vraiment une personne à part, vous savez. Il dégageait une aura. J'ai travaillé avec beaucoup d'artistes, mais Michael était hors norme.

Michael retira ses lunettes et remarqua ma présence. J'étais fou ! J'existais pour Michael Jackson, moi, le petit Teron ! Tu te rends compte ? J'étais comme un gosse de 8 ans, mon rêve se réalisait. Michael voulait me saluer, mais moi je ne pouvais pas bouger. Je suis un garçon sensible, vous savez. Il me fit alors signe de venir. Il me dit « Eh mec, je suis content de te voir ». C'était totalement réciproque. Teddy, qui était maintenant un visage familier, resta à côté de moi. Ceci me permît de déstresser un peu. Je puis discuter un peu avec Michael, mais ce fut très laconique car il devait se mettre au travail. Alors il fit quelques étirements avec ses bras et son dos... et rentra dans une pièce privée.


MJF : As-tu eu des discussions privées avec Michael Jackson ? Sans nous en révéler la teneur, car ça doit rester personnel n'est-ce pas...

Teron Beal : Bien sûr, nous avons eu des discussions Michael et moi-même. Il a pris le temps de me parler et de me connaître. Il a pris le temps de savoir qui je suis, il m'écoutait attentivement. Il avait une très bonne mémoire, il se souvenait de tout ce que je lui racontais. Michael m'a fait énormément grandir. Je ne serais pas qui je suis aujourd'hui, dans le milieu de la musique, sans lui. Il m'a appris beaucoup de chose. Il sentait la musique, les sons. Ce gars était un extraterrestre. Je ne suis pas le seul à le dire.


MJF : La chanson que tu as composée, Heaven Can Wait, fait partie des rares élus figurant sur l'album Invincible... qui ne manque pas de contributions ! Tu es fier de cela ?

Teron Beal : Je ressens plus de la chance et du respect que de la fierté. Aujourd'hui encore, ca reste un grand honneur pour moi. Tu imagines, tu as 20 piges quand Michael te dit qu'il garde ta chanson ?! Il m'a fallu du temps pour réaliser cela. Surtout que comme tu le dis, il n'y a eu que très peu de chansons qui ont finalement été sélectionnées. Michael a eu comme une espèce de coup de foudre sur ce titre. Ca lui évoquait peut-être quelque chose de personnel. Il aimait beaucoup les paroles, le refrain un peu mystique. C'est vrai qu'avec du recul et d'autant plus à l'époque, j'avoue que ce titre restait à part. Il est toujours à part encore aujourd'hui. Le style général, le refrain tranchent avec ce qu'on a l'habitude d'entendre. La construction est originale et c'est ce qui a peut-être plu à Michael.


MJF : La voix de Michael est très atypique sur ta chanson, notamment vers la fin de la composition. Il y chante d'une façon très spéciale. Composer un titre pour Michael c'est bien, mais que ce titre en plus se distingue d'entre tous c'est encore mieux non ?

Teron Beal : (Teron, ému, reste silencieux quelques dizaines de seconde avant de répondre). Michael s'est accaparé le titre. Il ne le chantait pas comme moi. Pour moi, je voyais le titre plus soul et léger... Michael lui, le pensait plus grave et énergique. Plus sombre. Il mettait beaucoup de puissance dans l'interprétation. La version finale transcendait littéralement ma maquette initiale grâce à son talent. Il avait en studio une voix juste hallucinante, elle me donnait des frissons. (Des larmes coulent sous les yeux de Teron. J'en suis surpris. Nous sommes contraints Teron et moi-même de faire une petite pause. Il reprend la parole quelques minutes plus tard). Désolé, ça me rappelle tellement de souvenir, tu sais... Ce n'est pas simple pour moi de parler du passé, car les images sont intactes mais Michael lui est parti. (Teron improvise et se met alors à chanter Heaven Can Wait, à sa façon ! L'interprétation est différente, plus légère mais toujours très mélodieuse. Teron, tel un magicien, a trouvé la façon de me plonger dans son univers et ses souvenirs... en brisant la barrière de la réalité en chantant. C'est à ce moment là , sans doute, que j'ai pu me rendre compte de tout ce bonheur qu'il garde en lui... et du fardeau qu'il portera à jamais sur ses épaules. Un souvenir impérissable, diaboliquement fabuleux, qui le hantera jusqu'à son dernier souffle sans doute...).


MJF : As-tu une anecdote amusante à nous révéler, entre Michael et toi ?

Teron Beal : (Teron esquisse un sourire) Quand j'étais gosse, j'avais fait un rêve une nuit : Michael était venu me chercher avec sa limousine et on allait ensuite manger un hamburger ensemble avec des frites. Des années plus tard, Michael et moi-même avions mangé ensemble dans le studio. Il nous avait commandé un poulet avec des frites (les fans savent bien qu'il s'agit d'un de ses plats préférés !). Et bien tu sais quoi, la réalité a été encore plus surprenante que dans mon rêve, car Michael m'a carrément piqué des frites !

Michael était vraiment quelqu'un de très courtois et de très fun. Il était poli avec tout le monde, il respectait quiconque. On rigolait bien avec lui, quand on le connaissait personnellement. Il était finalement assez naturel. C'est dommage que le monde n'ait pas pu constater cela. S'il y avait eu Internet plus tôt, on aurait sans doute constaté à quel point Michael était un mec cool et surtout pas néfaste. Il y a un grand malentendu sur cela. Michael aurait-il du être moins mystérieux et plus naturel ? C'est un long débat... Il faut toujours croire en ses rêves ou du moins ne pas leur fermer les portes. Il faut faire dans la vie le maximum pour qu'ils se réalisent.


MJF: Avant-dernière question, peux-tu nous dire comment est ton rapport aujourd'hui avec la musique ?

Teron Beal : Sad (triste).


MJF : Terminons avec ton actualité. Peux-ton savoir ce que tu fais actuellement musicalement ?

Teron Beal : J'ai sorti le 24 janvier un album intitulé « Liquor Store ». Il est le fruit d'un an d'enregistrement en Suède, où je réside régulièrement. C'est assez funk/soul traditionnel, avec une pointe de son moderne. J'essaye dans mes albums de me détacher du son R and B, en proposant mon propre style. J'aime les mélodies, que l'écoute soit fluide et plaisante. Je suis bien sûr influencé par Prince, Lenny Kravitz, Radiohead, The Beatles, and Pink Floyd... Quand à Michael Jackson, cela va sans dire. Voilà , j'espère que l'album va obtenir un bon accueil.


MJF : Merci beaucoup Teron de t'être confié à MJF. Nous te souhaitons une bonne continuation.

Teron Beal : Merci à vous pour votre écoute. Je salue tous les fans de Michael Jackson sur MJF. Ecoutez du Michael tant que vous le pouvez ! Il restera toujours le meilleur, paix à son âme.

Propos recueillis par Frédéric Benkel pour MJF
 

Interview de Teron Beal, compositeur d'Heaven Can Wait pour l'album INVINCIBLE de MICHAEL JACKSON

Voir les commentaires

Publié le 30 Août 2014

MICHAEL JACKSON était un grand admirateur de CHARLIE CHAPLIN dont il a modernisé le mythe.

À un très jeune âge, Michael Jackson était un grand admirateur de Charlie Chaplin. En 1967, à l'âge de neuf ans, il a dessiné ce croquis magnifique de l'acteur, bien avant qu'il ait  réalisé que Chaplin avait une philosophie très semblable à la sienne.

Chaplin, considéré comme un génie par beaucoup, a été l'un des premiers à se rendre compte qu'il pouvait utiliser la puissance d'un film pour éduquer et divertir tout en tissant  une leçon de morale sur la dignité humaine et la justice. Michael a suivi l'exemple de Chaplin en utilisant son propre génie et ses talents, pour éduquer et apporter un changement dans le monde en mettant en lumière les injustices.

Il n'est pas étonnant que Michael Jackson ait ressenti une profonde affinité avec Charlie Chaplin, une tendance aux costumes militaires et qu'il a appelé ses fans, son armée de l'amour.

Le 17 Juin 1988, Michael a visité la famille Chaplin en Suisse. Vingt ans plus tard,  les sentiments de Rolf Knie associés à cette journée spéciale sont toujours aussi profonds. La découverte d'un simple et attachant Michael Jackson. L'indignation face à ce qui a été dit sur lui alors ... Ce jour-là, le clown et maintenant producteur du cirque Salto a servi de guide dans le célèbre manoir de Ban habité par la famille Chaplin, à Corsier-sur-Vevey.

« Je me souviens de l'extrême politesse de Michael, son calme, sa timidité. Je me souviens de la façon dont il attendait qu’Oona Chaplin s’assoie pour faire de même. Ce sont ces détails qui révèlent quelqu'un. Depuis lors, je saute à sa défense en cas d'attaque. Les journalistes ont inventé des rumeurs sur lui. Depuis quinze ans, ils n'auront pas cessé de le tuer. »

A l'origine de la réunion, il y avait Géraldine Chaplin, la fille aînée d’Oona et Charlie Chaplin. Lors d'un concert de Michael auquel elle a assisté, le chanteur lui a dit qu'il admirait son père. Géraldine a appelé Rolf Knie, un vieil ami de la famille qui était  régulièrement au Manoir. « Michael aimerait venir à Corsier. Pouvez-vous organiser quelque chose ?

Rolf Knie commence à dire: " Qu’Il a téléphoné à son hôtel et a rencontré son agent, Frank DiLeo.  Ses amis m'ont dit que cela  était fou et impossible ... Une demi-heure plus tard, cependant, Michael était très heureux. Nous avons convenu d'un rendez-vous pour le vendredi à 15 heures.

Ce jour-là, les familles attendent Knie, Chaplin, et l'étoile. Vers 15h30, le portier arrive en courant et en disant: « Quelqu'un vient d'appeler, je n'ai pas entendu son nom. C'était Michael. J'ai pris le téléphone. Il était très embarrassé, il s'est excusé mille fois. Il s'était perdu et il a appelé depuis une station-service à Vevey ... Le portier va le  chercher. Le chanteur est arrivé sans garde du corps, juste accompagné de son assistant, un monsieur d'un certain âge. Ensuite, il a joué dans le parc avec mon fils Gregory innocemment. Je pense que les enfants le prennent comme il est, il est finalement très normal. Il a laissé une grosse impression sur moi.

Un autre aspect de l'étoile était impressionnant: « Il connaissait la vie de Chaplin parfaitement, un vrai lexique. Les dates des films, les noms des acteurs, tout. Le parallèle entre Jackson et Chaplin lui semblait naturel. Même les parallèles envers les enfants pauvres, ainsi que les poursuites à son encontre. Ils émettaient la même vague et ils ont eu des problèmes similaires avec le monde. Ils ont répondu avec leurs films ou leur musique. Il le connaissait, comme s’ils avaient passé tous les jours ensemble ».

Deux mois plus tard, Michael Jackson a appelé Oona Chaplin et Rolf Knie pour les inviter à son concert à Lausanne.  Avant le spectacle, nous lui avons rendu visite dans sa loge. Il y avait de longues tables couvertes de caviar et de saumon. Michael haussa les épaules: « Oh, ce n'est pas pour moi, mais mon équipe a faim. »

En fin de compte, Rolf et Oona ont assisté au départ précipité de l'étoile: « La musique résonnait encore quand il s'est vite engouffré dans une voiture située derrière la scène. Nous l'avons suivi et nous avons eu peur,  des milliers de fans nous ont assaillis. J'ai alors compris ce que Michael vivait tous les jours. Il était prisonnier de son succès. »  Le clown (Rolf Knie) conserve son amertume enfermée à l'intérieur de lui-même. Aujourd'hui, je suis en colère contre ceux qui n'ont pas eu pitié de lui. je suis heureux qu' il ait enfin trouvé la paix. ( témoignage de 2008)

Sources: magazine suisse, L'Illustré, www.mjackson.fr, www.mj-777.com.

Smile est une chanson à partir d'une musique de Charlie Chaplin, qui est le thème du film les Temps modernes , sorti au cinéma en 1936. Cette musique était sans paroles. Plus tard, en 1954, John Turner et Geoffrey Parsons  lui ajoutèrent des paroles et lui donnèrent le titre de Smile (Sourire, ou Souris).

Nat King Cole enregistra la chanson, qui fut ensuite reprise par de nombreux interprètes dont Diana Ross. 

Smile fut, entre autres, reprise en 1995 par Michael Jackson.

 Sa version de la chanson était planifiée pour sortir comme 8ème single de l'album History, mais la maison de disques Sony a jugé qu'il n'était pas nécessaire d'investir pour ce single alors que la promo pour l'album History était en fin de vie.

Pendant les derniers concerts de la tournée History, Michael  a interprété la chanson Smile en mémoire de la Princesse DIANA.

Le 7 juillet 2009, le frère du King of Pop, Jermaine Jackson  a interprété cette chanson au Staples Center  durant la cérémonie des funérailles en modifiant les paroles, au lieu de chanter "Light up your face with gladness, hide every trace of sadness" (Illumine ton visage avec la joie, cache toutes traces de tristesse) il a chanté "Light up your face with sadness, hide every trace of gladness" (Illumine ton visage avec la tristesse, cache toutes traces de joie).

Les temps Modernes est une comédie dramatique sortie en 1936, le dernier film muet de Chaplin. C’est la plus grande réussite cinématographique de Charlie Chaplin suivant de nombreuses critiques et également l’un de ses films les plus populaires qui lui a valu une grosse accusation  : celle d’être communiste. Il faut savoir que Chaplin n'est pas seulement le réalisateur de cette œuvre, il en est aussi le scénariste et le producteur. Il est également, l'acteur principal de sa production en incarnant pour la dernière fois le personnage de Charlot.

Pour en savoir plus sur ce film cliquez ici : http://tpe-charlie-chaplin.e-monsite.com/pages/i-charlie-chaplin-temoin-de-l-industrialisation.html

Voir les commentaires

Publié le 29 Août 2014

Michael Jackson est né le 29 Août 1958, à Gary dans l'Indiana à 19h33 au Mercy Hospital (quelle coïncidence ce nom n’est-ce pas ?) 

(Son heure de naissance à été confirmée par Taj Jackson sur Twitter)  http://twitter.com/tajjackson3/status/22385183756).

Autre coïncidence : Michael est né l’année ou Georges Harrison a rejoint les Quarrymen, qui deviendront plus tard les Beatles.

 Quelques décennies après la naissance de Michael Jackson, sa mère, Katherine Jackson a raconté que son fils était né avec «  une drôle de tête, de grands yeux noisette et de longs doigts ».

C'est la grand-mère maternelle de Michael Jackson, Martha Upshaw, qui a choisi son prénom, voici l'anecdote racontée par Katherine Jackson, la mère de Michael :

«  Je veux choisir son prénom  », à déclaré ma mère

J'ai détesté sa première suggestion : Ronald

 - « Dans ce cas, que penses-tu de Roy ? »

- Oh mon dieu, Maman, non !

 Après quelques moments de réflexion :

 - «  J'ai trouvé ! Michael ! »

- Adopté, ai-je répondu.

 On a échappé de peu à Ronald Jackson.

 Deux choses m'ont marquées chez lui quand je l'ai tenu la première fois dans mes bras :

 - Ses longues mains

- Ses grands yeux bruns

 « Je me disais souvent qu'il avait de grandes mains. Et tout le monde restait scotché sur ses yeux car il avait un regard magnifique.  »

 

Le prénom  de la petite étoile est donc Michael : dérivé du prénom hébreux Mika’el ou Michaël ou Michel,  en Français il signifie «  qui est semblable à Dieu. »

 

Oh ! Michael ! De tous les noms qui m’enchantent, c’est toujours celui-là le plus magique. Sitôt qu’il est prononcé devant moi, une vision s’ébauche : très haut, très haut dans le ciel, s’esquisse une incomparable silhouette....

Michael Jackson  était pourvu d’une sensibilité à fleur de peau, d’émotions profondes, une imagination vive, une bonne âme remplie de douceur toujours prête à comprendre son  prochain et à se dévouer pour les autres.  Il avait des dons certains pour guérir les gens, ne serait-ce que par son immense talent pour comprendre d'instinct la souffrance d'autrui. Il était vulnérable, sensible au moindre choc, et des chocs il en subira hélas beaucoup trop.

Michael avait un grand sens de l'humour que la plupart des gens n'ont jamais vu. Il avait aussi parfois la mentalité d’un enfant, et il ne faut pas se méprendre, c’est juste pour cela qu’il aimait jouer avec eux.  Il n’avait rien à se reprocher, Michael n’aurait jamais fait de mal à une mouche, il n’était pas comme ça.

Le qu'en dira-t-on était pour lui important, il était soucieux de son image renvoyée vers le public. Mais  plus que déterminé, il n'admettra pas facilement que l'on trouve à redire sur ses idées ou réalisations.  Et parfois même il ne mâchera pas ses mots.  Son souci permanent était de s'améliorer en toutes choses, d’accumuler des connaissances, devenir utile au meilleur de ses performances et de ses compétences. Le travail pour lui était un domaine important. Il était perfectionniste !  Oui, il l’était énormément,  mais c’est son travail acharné combiné à ses fabuleux talents qui ont fait son immense succès. Il fut le plus grand show man de la fin du 20ème siècle, tous ses albums ont connu un succès planétaire. Sacré par de très nombreuses récompenses,  Michael, compositeur chanteur et danseur de génie a laissé une empreinte inoubliable dans l’industrie musicale. 

Il était si généreux, Michael Jackson,  que sa puissance d'amour contenait en elle sa vulnérabilité mais c'est cela aussi qui faisait tout son charme et son originalité. Michael avait un cœur d'or. Je voudrais que les gens puissent connaître tous les enfants qu'il a aidés. Il payait pour des centaines de traitements contre le cancer mais il ne s’en vantait pas. Il a soutenu plus de 70 organisations caritatives dans sa vie.  Beaucoup n’ont pas comprit à quel point il était merveilleux.

 Michael Jackson vivait pour l’amour !  Je peux dire sans me tromper,  qu’il a éclairé la terre de ce qui affecte le monde.

Michael était le plus célèbre habitant de la planète, Je lui souhaite un merveilleux anniversaire «surnaturel» …..Tout en avalant une larme....

Michael était le plus célèbre habitant de la planète, Je lui souhaite un merveilleux anniversaire «surnaturel» …..Tout en avalant une larme....

Will You be There ? : Seras-tu là ? - For you're aways in my Heart : Tu es pour toujours dans mon coeur!

Voir les commentaires

Publié le 22 Août 2014

Tom Barrack, PDG de Colony Capital, au ranch Neverland en mai 2014

 

Colony Capital a pris le contrôle de la propriété de Santa Ynez Valley en 2008 après l'achat d'une dette de plusieurs  millions de dollars alors que Michael Jackson était  dans des difficultés financières depuis le procès de 2005.

L'entreprise n'a pas inscrit la propriété ou donné un prix de vente, mais l'idée est réfléchie, sans délai connu à ce jour  selon le porte-parole de Colony Capital Owen Blicksilver.

Le ranch a une valeur imposable de 30,4 millions de dollars dans le Comté de Santa Barbara.

Blicksilver dit que le domaine a été essentiellement rénové depuis 2008.

La firme de private-equity qui possède le ranch de Neverland, près de Los Olivos dit que la propriété, anciennement détenue par la pop star Michael Jackson a été rénovée.

 (Channel Islands photo d'hélicoptère)

 

"Elle était en quelque sorte en ruine parce que personne n’était allé sur la propriété depuis un certain temps", a déclaré Noozhawk.

Après l'anniversaire de la mort de Michael Jackson en 2011, Channel Islands hélicoptères ont commencé à offrir des visites guidées aériennes du ranch bien connu,  après avoir été contactés par un fan-club.

Aujourd'hui, la demande pour le service continue de croître, et a doublé depuis 2011, selon Josh Jones, chef pilote de la compagnie basée à Oxnard.

Source : http://www.noozhawk.com/article/michael_jackson_neverland_ranch_sale_of_property_080814

 

Même si Michael Jackson a quitté Neverland des années avant son décès prématuré, la propriété de 10 hectares reste irrémédiablement associée au Roi de la Pop. Bientôt, cependant, ce lien ne sera plus que dans la pensée, et plus dans les faits : Neverland est en effet mis en vente.

Selon des sources proches du dossier, le multimillionnaire Tom Barrack, de Colony Capital, se prépare à mettre la propriété de Los Olivos sur le marché. La compagnie est devenue partenaire de Neverland après que Barrack a conclu un accord avec Jackson fin 2007 pour prendre en charge une note de 23 millions de dollars de fonds propres.

''Nous sommes frustrés, amèrement déçus et attristés d'en arriver là'', a déclaré un représentant de l'Estate de Jackson dans un mail adressé à Forbes. ''Malheureusement, Michael a perdu le contrôle de Neverland de son vivant suite aux conseils de son ancien manager''. ( Tohme Tohme)

Les représentants de Colony Capital n'ont pour le moment pas pu être joints pour commenter.

Comme il a été dit dans Michael Jackson, Inc: The Rise, Fall and Rebirth of a Billion-Dollar Empire, l'accord conclu entre Jackson et Colony était très complexe. Barrack lui-même a déclaré qu'il avait pris en charge la facture uniquement pour faire une faveur à Jackson (dans une interview donnée pour le livre, il s'est rappelé les mots du chanteur : ''Ne me faites pas ça... sauf si vous êtes vraiment intéressé pour mettre en place un programme qui vous permettra de vous assurer des revenus pour vous même'').

L'accord, qui a pris effet début 2008, définissait une espèce d'entreprise commune entre Colony et Jackson pour gérer Neverland. Pour chaque dollar investi par la compagnie dans la propriété, ses fonds propres augmentaient. Ce qui voulait dire que plus le temps passait, plus la participation de Jackson – et plus tard celle de sa succession – diminuait.

Ces six dernières années, Colony a continué à financer l'entretien de Neverland. Ce coût, s'il est du même ordre que du vivant de Jackson, avoisine les 5 millions de dollars par an. Ceci ajouté à la note initiale de 23 millions de dollars, on peut donc en conclure mathématiquement que l'entreprise a investi à ce jour près de 50 millions de dollars dans la propriété. L'entreprise conserve aussi le droit de vendre la propriété si elle le souhaite.

Malgré tout, pas mal d'options ont été étudiées au fil des années. Vers la fin de sa vie, Jackson lui-même aurait eu dans l'idée de transformer Neverland en école d'art ; après sa mort, beaucoup ont suggéré que la propriété soit transformée en attraction telle que le Graceland de Elvis Presley.

Mais comme pourrait vous le dire toute personne qui s'est rendue à Neverland (l'auteur de cet article inclus), Los Olivos n'est pas exactement Memphis. La zone est située au milieu de nulle part, et les petites routes de montagne sont peu propices à accueillir des centaines de milliers de visiteurs par an.

''L'Estate a exploré de nombreuses options, dont l'acquisition'', a continué le représentant dans sa déclaration. ''Mais les restrictions financières, l'utilisation des terres et la zone géographique ont rendu toutes les options prohibitives, étant donné notre devoir, en tant qu'exécuteurs, d'être fiscalement responsables dans la protection et la croissance des avoirs de l'Estate pour les enfants de Michael''.

En effet, la succession de Jackson a engrangé plus de trois quarts de milliards de dollars en un peu plus de cinq ans depuis sa mort. Ce chiffre, avant les taxes et les frais, ne comprend pas le spectre des 702 millions de dollars d'impôts pour lesquels l'Estate fait actuellement appel.

Racheter la part que Colony détient dans Neverland – sans parler de la facture annuelle de plusieurs millions de dollars pour une propriété qui ne génère aucun revenu – semble donc être un choix financier bien imprudent.

Par conséquent, sur le papier, Neverland pourrait avoir prochainement un nouveau propriétaire. Mais le futur acheteur devra comprendre que la propriété sera toujours le royaume du Roi de la Pop dans l'esprit de millions de gens.

Traduction PYC – Forum MJ France.

Source : http://www.forbes.com/sites/zackomalleygreenburg/2014/07/31/michael-jacksons-neverland-is-about-to-be-sold/

Selon Forbes Neverland serait aujourd'hui estimé à 100 millions de dollars !

 

Pour une analyse pertinente de la situation, je vous propose la traduction d’un texte  vénérable écrit par Barbara Kaufmann sur son site : http://www.innermichael.com/

On ne peut pas blâmer les habitants et les propriétaires fonciers qui veulent que leur paradis de la vallée tranquille reste calme et de ne devienne pas un autre "Graceland". Ces terres agricoles, parsemées d'oliviers et de vignobles. Sont dans un endroit charmant et le charme serait perdu avec une ruée des visiteurs. Et l'infrastructure locale ne soutiendrait plus le commerce touristique. Cette opposition est compréhensible.

On ne peut pas blâmer les fans d'être en colère de devoir faire le deuil de la perte de quelque chose, il semble qu'ils sont les seuls, qui puissent comprendre. Les fans ont écrit à Lady Gaga et ont plaidé pour qu’elle achète Neverland et on rapporte qu'elle est intéressée. Il est également rapporté que Jay-Z et Beyoncé sont également intéressés par  la propriété ainsi que Justin Beiber. Comme il s'agit de rapports de  tabloïds, la crédibilité est discutable. Et des négociations seraient menées en secret par nécessité.

Le problème avec Neverland de plein droit maintenant, c'est que cela est imposé par la population locale. Neverland ne fait pas d’argent et ses perspectives lucratives sont sombres. C'est la question perçue. Et, avouons-le, la réputation des fans n'est pas favorable en raison de certains comportements immatures. Avec une autre réputation de ces derniers, il pourrait y avoir un sentiment plus généreux de la population locale envers  les «fans»; malheureusement les mauvaises conduites se sont amalgamées et des généralisations sont faites. Dans certains cas (comme défigurer un lieu de repos) la réputation est plus que justifiée.

Il est également vrai que certaines choses doivent être conservées non pas parce qu'elles font de l'argent, mais tout simplement parce qu'elles sont des trésors culturels. La controverse entourant Michael a mal orienté Neverland (dans certains cas délibérément) le public cyniquement rejette la réalisation de ce Neverland et de ce qu’il signifie réellement. Ce n'est pas seulement un symbole; C'est un archétype. L'avenir serait  de revenir sur l'histoire de Jackson, de sa vie et de son  travail et  de ce que Neverland signifiait.  Et s'il y avait un progrès humain et conscient, on pleurerait de regrets.

Des Maraudeurs, à travers l'histoire, ont pillé l'art, les temples, des sites antiques et des trésors culturels ont été détruits. Une fois détruits, ces trésors ne peuvent jamais être récupérés.  L’histoire de l'art n'appartient pas à certains, elle appartient à tout le monde. La seule constante de l'humanité, c'est qu'elle évolue. Nous sommes dans une période de bouleversement majeur qui est la restructuration de la conscience et de la culture humaine. Ce qui n'est pas encore connu maintenant sur l'évaluation et ce qui est important ou  trésor, deviendra un jour évident, il faut  que la cause devienne plus éclairée. Un jour, ce que Jackson a dit et essayé d'enseigner et de démontrer sera clair. Tous les trésors ne se mesurent pas en or. Le système actuel,  pour tout,  « est une question d'argent » et énormément d’argent,  si bien que jamais la devise de choix n’a conduit autant  d’activités humaines les plus tristes découlant de l'avidité.

La cupidité humaine à fait de l'argent et du commerce le dieu de l'humanité et a détruit les civilisations, tronqué  l’économie moderne, divisé le monde en «eux» et «nous». Cela a apporté Le changement climatique, les Etats ont purgé les océans, créé une agriculture artificielle et une production alimentaire dangereuse et exploitante , par l'indifférence ou une influence politique, ils ont pratiqué le braconnage et de mauvais traitements abusifs inhumains même sur les animaux, l'accaparement des terres et la mauvaise gestion, une ruée pour acheter les droits d'eau comme une marchandise au lieu d'un service public pour les droits de l'homme, la duperie et l'exploitation des cultures du tiers monde et de leurs ressources, ils ont abusé des aînés autochtones par l'indifférence à leur sagesse, ils ont provoqué la déconnexion psychique collective par le refus, la dépravation morale, le racisme, deux poids deux mesures, la mafia, les gangs, les cartels et les terroristes, un phénomène croissant de vide spirituel au sein de l'humanité, une absence de gestion pour la planète, un abus d'autorité et de pouvoir, le piétinement des droits humains et civils, les dieux des armes à feu, la domination militaire, l'esclavage, les conflits, le génocide, la guerre ...

Penser en termes de «trésor culturel» n'est pas une compréhension que la mentalité des entreprises et le commerce des esprits peuvent comprendre. Ils voient tout comme étant une entreprise. Une lucrative entreprise.

La richesse et la gloire de Michael Jackson n'étaient pas une marchandise achetée pour son propre bien; c'était un mythe créé par une projection d’envie des autres sur lui. Sa richesse, sa célébrité, sa popularité étaient des effets secondaires de son art. Permettez-moi de répéter que: "le succès, la richesse, et la gloire de Michael Jackson n'étaient pas une fin recherchée; c'était un moyen pour une fin. Ce n'était  pas une marchandise achetée pour son propre bien; c'était un effet secondaire de son art, ses génies. Un artiste extrêmement doué a pris le risque de partager librement avec une humanité inconstante et dans le monde, son art d'inspiration divine (c’est crédité) ".

Le sacrifice et le don sont incompris,  parce que le monde n'est pas prêt à comprendre ce qu'il avait et ce qu'il a perdu et pourquoi. Un jour, ce sera analysé et compris. Et puis tous les costumes, les souvenirs, les possessions, les cadeaux recueillis de ses fans, son amour qui a  construit sa maison et le sanctuaire de l'enfant, auront disparus. Ils  lui ont été arrachés par des maraudeurs modernes. La valeur de la visite des ruines,  des musées et monuments de l'histoire humaine n'est pas inhérente aux structures; Elle  est dans la réflexion et l'autoréflexion qui accompagne le témoignage.

Les enfants de Michael n'ont pas fait de déclaration publique sur la façon dont ils se sentent, mais ils n'ont pas atteint l'âge où ils peuvent ou non  consentir à des dispositions.  Ils se posent bien sûr, des questions. Et sont dans la tristesse de perdre le symbole, l'archétype, l'innocence et l'imposition de toutes sortes de viols. Il serait sage de réfléchir plus profondément à ce que la rage de surface simple montre.  Quels sentiments naissent à l'intérieur de soi et pourquoi. Ensuite, essayez de redresser l'injustice par le regret en promettant de créer un avenir meilleur.

 C'est "tout pour l'amour."

Voici quelques photos récentes de Neverland, on y voit notamment Tom Barrack et ses invités ...

Vous en trouverez d'autres sur le site : http://mjandjustice4some.blogspot.fr/search?updated-min=2014-01-01T00:00:00-08:00&updated-max=2015-01-01T00:00:00-08:00&max-results=7

Neverland la propriété de Michael Jackson  est à vendre !  Basée à Santa Monica,  Colony Capital LLC veut vendre Neverland Ranch.Neverland la propriété de Michael Jackson  est à vendre !  Basée à Santa Monica,  Colony Capital LLC veut vendre Neverland Ranch.Neverland la propriété de Michael Jackson  est à vendre !  Basée à Santa Monica,  Colony Capital LLC veut vendre Neverland Ranch.Neverland la propriété de Michael Jackson  est à vendre !  Basée à Santa Monica,  Colony Capital LLC veut vendre Neverland Ranch.Neverland la propriété de Michael Jackson  est à vendre !  Basée à Santa Monica,  Colony Capital LLC veut vendre Neverland Ranch.Neverland la propriété de Michael Jackson  est à vendre !  Basée à Santa Monica,  Colony Capital LLC veut vendre Neverland Ranch.

Voir les commentaires