Publié le 30 Août 2014

MICHAEL JACKSON était un grand admirateur de CHARLIE CHAPLIN dont il a modernisé le mythe.

À un très jeune âge, Michael Jackson était un grand admirateur de Charlie Chaplin. En 1967, à l'âge de neuf ans, il a dessiné ce croquis magnifique de l'acteur, bien avant qu'il ait  réalisé que Chaplin avait une philosophie très semblable à la sienne.

Chaplin, considéré comme un génie par beaucoup, a été l'un des premiers à se rendre compte qu'il pouvait utiliser la puissance d'un film pour éduquer et divertir tout en tissant  une leçon de morale sur la dignité humaine et la justice. Michael a suivi l'exemple de Chaplin en utilisant son propre génie et ses talents, pour éduquer et apporter un changement dans le monde en mettant en lumière les injustices.

Il n'est pas étonnant que Michael Jackson ait ressenti une profonde affinité avec Charlie Chaplin, une tendance aux costumes militaires et qu'il a appelé ses fans, son armée de l'amour.

Le 17 Juin 1988, Michael a visité la famille Chaplin en Suisse. Vingt ans plus tard,  les sentiments de Rolf Knie associés à cette journée spéciale sont toujours aussi profonds. La découverte d'un simple et attachant Michael Jackson. L'indignation face à ce qui a été dit sur lui alors ... Ce jour-là, le clown et maintenant producteur du cirque Salto a servi de guide dans le célèbre manoir de Ban habité par la famille Chaplin, à Corsier-sur-Vevey.

« Je me souviens de l'extrême politesse de Michael, son calme, sa timidité. Je me souviens de la façon dont il attendait qu’Oona Chaplin s’assoie pour faire de même. Ce sont ces détails qui révèlent quelqu'un. Depuis lors, je saute à sa défense en cas d'attaque. Les journalistes ont inventé des rumeurs sur lui. Depuis quinze ans, ils n'auront pas cessé de le tuer. »

A l'origine de la réunion, il y avait Géraldine Chaplin, la fille aînée d’Oona et Charlie Chaplin. Lors d'un concert de Michael auquel elle a assisté, le chanteur lui a dit qu'il admirait son père. Géraldine a appelé Rolf Knie, un vieil ami de la famille qui était  régulièrement au Manoir. « Michael aimerait venir à Corsier. Pouvez-vous organiser quelque chose ?

Rolf Knie commence à dire: " Qu’Il a téléphoné à son hôtel et a rencontré son agent, Frank DiLeo.  Ses amis m'ont dit que cela  était fou et impossible ... Une demi-heure plus tard, cependant, Michael était très heureux. Nous avons convenu d'un rendez-vous pour le vendredi à 15 heures.

Ce jour-là, les familles attendent Knie, Chaplin, et l'étoile. Vers 15h30, le portier arrive en courant et en disant: « Quelqu'un vient d'appeler, je n'ai pas entendu son nom. C'était Michael. J'ai pris le téléphone. Il était très embarrassé, il s'est excusé mille fois. Il s'était perdu et il a appelé depuis une station-service à Vevey ... Le portier va le  chercher. Le chanteur est arrivé sans garde du corps, juste accompagné de son assistant, un monsieur d'un certain âge. Ensuite, il a joué dans le parc avec mon fils Gregory innocemment. Je pense que les enfants le prennent comme il est, il est finalement très normal. Il a laissé une grosse impression sur moi.

Un autre aspect de l'étoile était impressionnant: « Il connaissait la vie de Chaplin parfaitement, un vrai lexique. Les dates des films, les noms des acteurs, tout. Le parallèle entre Jackson et Chaplin lui semblait naturel. Même les parallèles envers les enfants pauvres, ainsi que les poursuites à son encontre. Ils émettaient la même vague et ils ont eu des problèmes similaires avec le monde. Ils ont répondu avec leurs films ou leur musique. Il le connaissait, comme s’ils avaient passé tous les jours ensemble ».

Deux mois plus tard, Michael Jackson a appelé Oona Chaplin et Rolf Knie pour les inviter à son concert à Lausanne.  Avant le spectacle, nous lui avons rendu visite dans sa loge. Il y avait de longues tables couvertes de caviar et de saumon. Michael haussa les épaules: « Oh, ce n'est pas pour moi, mais mon équipe a faim. »

En fin de compte, Rolf et Oona ont assisté au départ précipité de l'étoile: « La musique résonnait encore quand il s'est vite engouffré dans une voiture située derrière la scène. Nous l'avons suivi et nous avons eu peur,  des milliers de fans nous ont assaillis. J'ai alors compris ce que Michael vivait tous les jours. Il était prisonnier de son succès. »  Le clown (Rolf Knie) conserve son amertume enfermée à l'intérieur de lui-même. Aujourd'hui, je suis en colère contre ceux qui n'ont pas eu pitié de lui. je suis heureux qu' il ait enfin trouvé la paix. ( témoignage de 2008)

Sources: magazine suisse, L'Illustré, www.mjackson.fr, www.mj-777.com.

Smile est une chanson à partir d'une musique de Charlie Chaplin, qui est le thème du film les Temps modernes , sorti au cinéma en 1936. Cette musique était sans paroles. Plus tard, en 1954, John Turner et Geoffrey Parsons  lui ajoutèrent des paroles et lui donnèrent le titre de Smile (Sourire, ou Souris).

Nat King Cole enregistra la chanson, qui fut ensuite reprise par de nombreux interprètes dont Diana Ross. 

Smile fut, entre autres, reprise en 1995 par Michael Jackson.

 Sa version de la chanson était planifiée pour sortir comme 8ème single de l'album History, mais la maison de disques Sony a jugé qu'il n'était pas nécessaire d'investir pour ce single alors que la promo pour l'album History était en fin de vie.

Pendant les derniers concerts de la tournée History, Michael  a interprété la chanson Smile en mémoire de la Princesse DIANA.

Le 7 juillet 2009, le frère du King of Pop, Jermaine Jackson  a interprété cette chanson au Staples Center  durant la cérémonie des funérailles en modifiant les paroles, au lieu de chanter "Light up your face with gladness, hide every trace of sadness" (Illumine ton visage avec la joie, cache toutes traces de tristesse) il a chanté "Light up your face with sadness, hide every trace of gladness" (Illumine ton visage avec la tristesse, cache toutes traces de joie).

Les temps Modernes est une comédie dramatique sortie en 1936, le dernier film muet de Chaplin. C’est la plus grande réussite cinématographique de Charlie Chaplin suivant de nombreuses critiques et également l’un de ses films les plus populaires qui lui a valu une grosse accusation  : celle d’être communiste. Il faut savoir que Chaplin n'est pas seulement le réalisateur de cette œuvre, il en est aussi le scénariste et le producteur. Il est également, l'acteur principal de sa production en incarnant pour la dernière fois le personnage de Charlot.

Pour en savoir plus sur ce film cliquez ici : http://tpe-charlie-chaplin.e-monsite.com/pages/i-charlie-chaplin-temoin-de-l-industrialisation.html

Voir les commentaires

Publié le 29 Août 2014

Michael Jackson est né le 29 Août 1958, à Gary dans l'Indiana à 19h33 au Mercy Hospital (quelle coïncidence ce nom n’est-ce pas ?) 

(Son heure de naissance à été confirmée par Taj Jackson sur Twitter)  http://twitter.com/tajjackson3/status/22385183756).

Autre coïncidence : Michael est né l’année ou Georges Harrison a rejoint les Quarrymen, qui deviendront plus tard les Beatles.

 Quelques décennies après la naissance de Michael Jackson, sa mère, Katherine Jackson a raconté que son fils était né avec «  une drôle de tête, de grands yeux noisette et de longs doigts ».

C'est la grand-mère maternelle de Michael Jackson, Martha Upshaw, qui a choisi son prénom, voici l'anecdote racontée par Katherine Jackson, la mère de Michael :

«  Je veux choisir son prénom  », à déclaré ma mère

J'ai détesté sa première suggestion : Ronald

 - « Dans ce cas, que penses-tu de Roy ? »

- Oh mon dieu, Maman, non !

 Après quelques moments de réflexion :

 - «  J'ai trouvé ! Michael ! »

- Adopté, ai-je répondu.

 On a échappé de peu à Ronald Jackson.

 Deux choses m'ont marquées chez lui quand je l'ai tenu la première fois dans mes bras :

 - Ses longues mains

- Ses grands yeux bruns

 « Je me disais souvent qu'il avait de grandes mains. Et tout le monde restait scotché sur ses yeux car il avait un regard magnifique.  »

 

Le prénom  de la petite étoile est donc Michael : dérivé du prénom hébreux Mika’el ou Michaël ou Michel,  en Français il signifie «  qui est semblable à Dieu. »

 

Oh ! Michael ! De tous les noms qui m’enchantent, c’est toujours celui-là le plus magique. Sitôt qu’il est prononcé devant moi, une vision s’ébauche : très haut, très haut dans le ciel, s’esquisse une incomparable silhouette....

Michael Jackson  était pourvu d’une sensibilité à fleur de peau, d’émotions profondes, une imagination vive, une bonne âme remplie de douceur toujours prête à comprendre son  prochain et à se dévouer pour les autres.  Il avait des dons certains pour guérir les gens, ne serait-ce que par son immense talent pour comprendre d'instinct la souffrance d'autrui. Il était vulnérable, sensible au moindre choc, et des chocs il en subira hélas beaucoup trop.

Michael avait un grand sens de l'humour que la plupart des gens n'ont jamais vu. Il avait aussi parfois la mentalité d’un enfant, et il ne faut pas se méprendre, c’est juste pour cela qu’il aimait jouer avec eux.  Il n’avait rien à se reprocher, Michael n’aurait jamais fait de mal à une mouche, il n’était pas comme ça.

Le qu'en dira-t-on était pour lui important, il était soucieux de son image renvoyée vers le public. Mais  plus que déterminé, il n'admettra pas facilement que l'on trouve à redire sur ses idées ou réalisations.  Et parfois même il ne mâchera pas ses mots.  Son souci permanent était de s'améliorer en toutes choses, d’accumuler des connaissances, devenir utile au meilleur de ses performances et de ses compétences. Le travail pour lui était un domaine important. Il était perfectionniste !  Oui, il l’était énormément,  mais c’est son travail acharné combiné à ses fabuleux talents qui ont fait son immense succès. Il fut le plus grand show man de la fin du 20ème siècle, tous ses albums ont connu un succès planétaire. Sacré par de très nombreuses récompenses,  Michael, compositeur chanteur et danseur de génie a laissé une empreinte inoubliable dans l’industrie musicale. 

Il était si généreux, Michael Jackson,  que sa puissance d'amour contenait en elle sa vulnérabilité mais c'est cela aussi qui faisait tout son charme et son originalité. Michael avait un cœur d'or. Je voudrais que les gens puissent connaître tous les enfants qu'il a aidés. Il payait pour des centaines de traitements contre le cancer mais il ne s’en vantait pas. Il a soutenu plus de 70 organisations caritatives dans sa vie.  Beaucoup n’ont pas comprit à quel point il était merveilleux.

 Michael Jackson vivait pour l’amour !  Je peux dire sans me tromper,  qu’il a éclairé la terre de ce qui affecte le monde.

Michael était le plus célèbre habitant de la planète, Je lui souhaite un merveilleux anniversaire «surnaturel» …..Tout en avalant une larme....

Michael était le plus célèbre habitant de la planète, Je lui souhaite un merveilleux anniversaire «surnaturel» …..Tout en avalant une larme....

Will You be There ? : Seras-tu là ? - For you're aways in my Heart : Tu es pour toujours dans mon coeur!

Voir les commentaires

Publié le 22 Août 2014

Tom Barrack, PDG de Colony Capital, au ranch Neverland en mai 2014

 

Colony Capital a pris le contrôle de la propriété de Santa Ynez Valley en 2008 après l'achat d'une dette de plusieurs  millions de dollars alors que Michael Jackson était  dans des difficultés financières depuis le procès de 2005.

L'entreprise n'a pas inscrit la propriété ou donné un prix de vente, mais l'idée est réfléchie, sans délai connu à ce jour  selon le porte-parole de Colony Capital Owen Blicksilver.

Le ranch a une valeur imposable de 30,4 millions de dollars dans le Comté de Santa Barbara.

Blicksilver dit que le domaine a été essentiellement rénové depuis 2008.

La firme de private-equity qui possède le ranch de Neverland, près de Los Olivos dit que la propriété, anciennement détenue par la pop star Michael Jackson a été rénovée.

 (Channel Islands photo d'hélicoptère)

 

"Elle était en quelque sorte en ruine parce que personne n’était allé sur la propriété depuis un certain temps", a déclaré Noozhawk.

Après l'anniversaire de la mort de Michael Jackson en 2011, Channel Islands hélicoptères ont commencé à offrir des visites guidées aériennes du ranch bien connu,  après avoir été contactés par un fan-club.

Aujourd'hui, la demande pour le service continue de croître, et a doublé depuis 2011, selon Josh Jones, chef pilote de la compagnie basée à Oxnard.

Source : http://www.noozhawk.com/article/michael_jackson_neverland_ranch_sale_of_property_080814

 

Même si Michael Jackson a quitté Neverland des années avant son décès prématuré, la propriété de 10 hectares reste irrémédiablement associée au Roi de la Pop. Bientôt, cependant, ce lien ne sera plus que dans la pensée, et plus dans les faits : Neverland est en effet mis en vente.

Selon des sources proches du dossier, le multimillionnaire Tom Barrack, de Colony Capital, se prépare à mettre la propriété de Los Olivos sur le marché. La compagnie est devenue partenaire de Neverland après que Barrack a conclu un accord avec Jackson fin 2007 pour prendre en charge une note de 23 millions de dollars de fonds propres.

''Nous sommes frustrés, amèrement déçus et attristés d'en arriver là'', a déclaré un représentant de l'Estate de Jackson dans un mail adressé à Forbes. ''Malheureusement, Michael a perdu le contrôle de Neverland de son vivant suite aux conseils de son ancien manager''. ( Tohme Tohme)

Les représentants de Colony Capital n'ont pour le moment pas pu être joints pour commenter.

Comme il a été dit dans Michael Jackson, Inc: The Rise, Fall and Rebirth of a Billion-Dollar Empire, l'accord conclu entre Jackson et Colony était très complexe. Barrack lui-même a déclaré qu'il avait pris en charge la facture uniquement pour faire une faveur à Jackson (dans une interview donnée pour le livre, il s'est rappelé les mots du chanteur : ''Ne me faites pas ça... sauf si vous êtes vraiment intéressé pour mettre en place un programme qui vous permettra de vous assurer des revenus pour vous même'').

L'accord, qui a pris effet début 2008, définissait une espèce d'entreprise commune entre Colony et Jackson pour gérer Neverland. Pour chaque dollar investi par la compagnie dans la propriété, ses fonds propres augmentaient. Ce qui voulait dire que plus le temps passait, plus la participation de Jackson – et plus tard celle de sa succession – diminuait.

Ces six dernières années, Colony a continué à financer l'entretien de Neverland. Ce coût, s'il est du même ordre que du vivant de Jackson, avoisine les 5 millions de dollars par an. Ceci ajouté à la note initiale de 23 millions de dollars, on peut donc en conclure mathématiquement que l'entreprise a investi à ce jour près de 50 millions de dollars dans la propriété. L'entreprise conserve aussi le droit de vendre la propriété si elle le souhaite.

Malgré tout, pas mal d'options ont été étudiées au fil des années. Vers la fin de sa vie, Jackson lui-même aurait eu dans l'idée de transformer Neverland en école d'art ; après sa mort, beaucoup ont suggéré que la propriété soit transformée en attraction telle que le Graceland de Elvis Presley.

Mais comme pourrait vous le dire toute personne qui s'est rendue à Neverland (l'auteur de cet article inclus), Los Olivos n'est pas exactement Memphis. La zone est située au milieu de nulle part, et les petites routes de montagne sont peu propices à accueillir des centaines de milliers de visiteurs par an.

''L'Estate a exploré de nombreuses options, dont l'acquisition'', a continué le représentant dans sa déclaration. ''Mais les restrictions financières, l'utilisation des terres et la zone géographique ont rendu toutes les options prohibitives, étant donné notre devoir, en tant qu'exécuteurs, d'être fiscalement responsables dans la protection et la croissance des avoirs de l'Estate pour les enfants de Michael''.

En effet, la succession de Jackson a engrangé plus de trois quarts de milliards de dollars en un peu plus de cinq ans depuis sa mort. Ce chiffre, avant les taxes et les frais, ne comprend pas le spectre des 702 millions de dollars d'impôts pour lesquels l'Estate fait actuellement appel.

Racheter la part que Colony détient dans Neverland – sans parler de la facture annuelle de plusieurs millions de dollars pour une propriété qui ne génère aucun revenu – semble donc être un choix financier bien imprudent.

Par conséquent, sur le papier, Neverland pourrait avoir prochainement un nouveau propriétaire. Mais le futur acheteur devra comprendre que la propriété sera toujours le royaume du Roi de la Pop dans l'esprit de millions de gens.

Traduction PYC – Forum MJ France.

Source : http://www.forbes.com/sites/zackomalleygreenburg/2014/07/31/michael-jacksons-neverland-is-about-to-be-sold/

Selon Forbes Neverland serait aujourd'hui estimé à 100 millions de dollars !

 

Pour une analyse pertinente de la situation, je vous propose la traduction d’un texte  vénérable écrit par Barbara Kaufmann sur son site : http://www.innermichael.com/

On ne peut pas blâmer les habitants et les propriétaires fonciers qui veulent que leur paradis de la vallée tranquille reste calme et de ne devienne pas un autre "Graceland". Ces terres agricoles, parsemées d'oliviers et de vignobles. Sont dans un endroit charmant et le charme serait perdu avec une ruée des visiteurs. Et l'infrastructure locale ne soutiendrait plus le commerce touristique. Cette opposition est compréhensible.

On ne peut pas blâmer les fans d'être en colère de devoir faire le deuil de la perte de quelque chose, il semble qu'ils sont les seuls, qui puissent comprendre. Les fans ont écrit à Lady Gaga et ont plaidé pour qu’elle achète Neverland et on rapporte qu'elle est intéressée. Il est également rapporté que Jay-Z et Beyoncé sont également intéressés par  la propriété ainsi que Justin Beiber. Comme il s'agit de rapports de  tabloïds, la crédibilité est discutable. Et des négociations seraient menées en secret par nécessité.

Le problème avec Neverland de plein droit maintenant, c'est que cela est imposé par la population locale. Neverland ne fait pas d’argent et ses perspectives lucratives sont sombres. C'est la question perçue. Et, avouons-le, la réputation des fans n'est pas favorable en raison de certains comportements immatures. Avec une autre réputation de ces derniers, il pourrait y avoir un sentiment plus généreux de la population locale envers  les «fans»; malheureusement les mauvaises conduites se sont amalgamées et des généralisations sont faites. Dans certains cas (comme défigurer un lieu de repos) la réputation est plus que justifiée.

Il est également vrai que certaines choses doivent être conservées non pas parce qu'elles font de l'argent, mais tout simplement parce qu'elles sont des trésors culturels. La controverse entourant Michael a mal orienté Neverland (dans certains cas délibérément) le public cyniquement rejette la réalisation de ce Neverland et de ce qu’il signifie réellement. Ce n'est pas seulement un symbole; C'est un archétype. L'avenir serait  de revenir sur l'histoire de Jackson, de sa vie et de son  travail et  de ce que Neverland signifiait.  Et s'il y avait un progrès humain et conscient, on pleurerait de regrets.

Des Maraudeurs, à travers l'histoire, ont pillé l'art, les temples, des sites antiques et des trésors culturels ont été détruits. Une fois détruits, ces trésors ne peuvent jamais être récupérés.  L’histoire de l'art n'appartient pas à certains, elle appartient à tout le monde. La seule constante de l'humanité, c'est qu'elle évolue. Nous sommes dans une période de bouleversement majeur qui est la restructuration de la conscience et de la culture humaine. Ce qui n'est pas encore connu maintenant sur l'évaluation et ce qui est important ou  trésor, deviendra un jour évident, il faut  que la cause devienne plus éclairée. Un jour, ce que Jackson a dit et essayé d'enseigner et de démontrer sera clair. Tous les trésors ne se mesurent pas en or. Le système actuel,  pour tout,  « est une question d'argent » et énormément d’argent,  si bien que jamais la devise de choix n’a conduit autant  d’activités humaines les plus tristes découlant de l'avidité.

La cupidité humaine à fait de l'argent et du commerce le dieu de l'humanité et a détruit les civilisations, tronqué  l’économie moderne, divisé le monde en «eux» et «nous». Cela a apporté Le changement climatique, les Etats ont purgé les océans, créé une agriculture artificielle et une production alimentaire dangereuse et exploitante , par l'indifférence ou une influence politique, ils ont pratiqué le braconnage et de mauvais traitements abusifs inhumains même sur les animaux, l'accaparement des terres et la mauvaise gestion, une ruée pour acheter les droits d'eau comme une marchandise au lieu d'un service public pour les droits de l'homme, la duperie et l'exploitation des cultures du tiers monde et de leurs ressources, ils ont abusé des aînés autochtones par l'indifférence à leur sagesse, ils ont provoqué la déconnexion psychique collective par le refus, la dépravation morale, le racisme, deux poids deux mesures, la mafia, les gangs, les cartels et les terroristes, un phénomène croissant de vide spirituel au sein de l'humanité, une absence de gestion pour la planète, un abus d'autorité et de pouvoir, le piétinement des droits humains et civils, les dieux des armes à feu, la domination militaire, l'esclavage, les conflits, le génocide, la guerre ...

Penser en termes de «trésor culturel» n'est pas une compréhension que la mentalité des entreprises et le commerce des esprits peuvent comprendre. Ils voient tout comme étant une entreprise. Une lucrative entreprise.

La richesse et la gloire de Michael Jackson n'étaient pas une marchandise achetée pour son propre bien; c'était un mythe créé par une projection d’envie des autres sur lui. Sa richesse, sa célébrité, sa popularité étaient des effets secondaires de son art. Permettez-moi de répéter que: "le succès, la richesse, et la gloire de Michael Jackson n'étaient pas une fin recherchée; c'était un moyen pour une fin. Ce n'était  pas une marchandise achetée pour son propre bien; c'était un effet secondaire de son art, ses génies. Un artiste extrêmement doué a pris le risque de partager librement avec une humanité inconstante et dans le monde, son art d'inspiration divine (c’est crédité) ".

Le sacrifice et le don sont incompris,  parce que le monde n'est pas prêt à comprendre ce qu'il avait et ce qu'il a perdu et pourquoi. Un jour, ce sera analysé et compris. Et puis tous les costumes, les souvenirs, les possessions, les cadeaux recueillis de ses fans, son amour qui a  construit sa maison et le sanctuaire de l'enfant, auront disparus. Ils  lui ont été arrachés par des maraudeurs modernes. La valeur de la visite des ruines,  des musées et monuments de l'histoire humaine n'est pas inhérente aux structures; Elle  est dans la réflexion et l'autoréflexion qui accompagne le témoignage.

Les enfants de Michael n'ont pas fait de déclaration publique sur la façon dont ils se sentent, mais ils n'ont pas atteint l'âge où ils peuvent ou non  consentir à des dispositions.  Ils se posent bien sûr, des questions. Et sont dans la tristesse de perdre le symbole, l'archétype, l'innocence et l'imposition de toutes sortes de viols. Il serait sage de réfléchir plus profondément à ce que la rage de surface simple montre.  Quels sentiments naissent à l'intérieur de soi et pourquoi. Ensuite, essayez de redresser l'injustice par le regret en promettant de créer un avenir meilleur.

 C'est "tout pour l'amour."

Voici quelques photos récentes de Neverland, on y voit notamment Tom Barrack et ses invités ...

Vous en trouverez d'autres sur le site : http://mjandjustice4some.blogspot.fr/search?updated-min=2014-01-01T00:00:00-08:00&updated-max=2015-01-01T00:00:00-08:00&max-results=7

Neverland la propriété de Michael Jackson  est à vendre !  Basée à Santa Monica,  Colony Capital LLC veut vendre Neverland Ranch.Neverland la propriété de Michael Jackson  est à vendre !  Basée à Santa Monica,  Colony Capital LLC veut vendre Neverland Ranch.Neverland la propriété de Michael Jackson  est à vendre !  Basée à Santa Monica,  Colony Capital LLC veut vendre Neverland Ranch.Neverland la propriété de Michael Jackson  est à vendre !  Basée à Santa Monica,  Colony Capital LLC veut vendre Neverland Ranch.Neverland la propriété de Michael Jackson  est à vendre !  Basée à Santa Monica,  Colony Capital LLC veut vendre Neverland Ranch.Neverland la propriété de Michael Jackson  est à vendre !  Basée à Santa Monica,  Colony Capital LLC veut vendre Neverland Ranch.

Voir les commentaires

Publié le 20 Août 2014

«Si je ne fais rien d'autre de ma carrière à part [il tourne sur lui même] l'Estate de Jackson,
je pourrai dire que j'ai fait un sacré boulot.»
John Branca (Août 2011)

 

 

Par Stan Sinberg  écrivain basé à San Francisco qui a travaillé en tant que chroniqueur, satiriste, et commentateur radio.

 

Le Prince du Rock
Nul besoin d'un télescope pour voir les stars circuler autour de l'avocat spécialiste du divertissement John Branca.



John Branca était en vacances à Cabo San Lucas avec sa famille le 25 juin 2009, quand il a reçu la nouvelle de la mort de Michael Jackson. Il ne pouvait pas y croire. L'autoproclamé King of Pop venais juste de ré-embaucher l'avocat huit jours plus tôt, le dernier chapitre de leur relation vieille de trois décennies. Le duo avait une riche histoire en commun. Jackson à été le témoin au premier mariage de Branca (accompagné par Bubbles le chimpanzé, portant un smoking) en 1987. (Little Richard avait officié.) L'avocat, à son tour, a joué un rôle dans les deux célèbres achats de Jackson en 1985 de ATV Music Publishing, qui comprenait dans le catalogue quelques 250 chansons des Beatles ※ et la fusion, une décennie plus tard, de Jackson ATV Music avec Sony Music. Peut être plus intriguant, Branca avait persuadé Jackson de sortir sa vidéo "Thriller" après que les aînés des témoins de Jéhovah informèrent le chanteur, qui faisait parti de leur congrégation à l'époque, qu'ils désapprouvaient la production parce qu'ils sentaient que les zombies et le loup-garou dansants promouvait la "démonologie". Face à la perspective de bousiller la vidéo de 1,2 millions de dollars (le budget moyen d'un clip à l'époque était autour de 50,000$), Branca créa rapidement une histoire à propos de l'acteur Bela Lugosi, qui était une idole de Jackson, comme quoi il aurait été un homme très pieux qui n'approuvait pas les vampires et avait mit un avertissement pour cela au début de son film Dracula. Jackson crût l'histoire, et mis un avertissement similaire au début de "Thriller," et le reste fait parti de l'histoire des clips vidéo.

Quand Branca revint de Mexico à Los Angeles, il ne savait toujours pas si Jackson avait révisé son testament de 2002, qui nommait Branca, ainsi que le grand producteur de musique John McClain, comme co-exécuteurs de l'Estate de Jackson. Branca n'avait pas travaillé pour Jackson depuis 2006, quand il le quitta parce qu' il sentit que le chanteur prenait conseil auprès de personnes qui n'avaient les intérêts de Jackson à l'esprit. Aujourd'hui, Branca ne va pas s'étendre, disant juste qu'il pensait qu'il ne pouvait faire son travail si son client ne l'écoutait pas.

Dans les jours qui suivirent la mort de la superstar de la pop, il semblait que tous les gens qui avait rencontré Jackson tentaient de prendre d'assaut les caméras de télévision pour y parler. Mais pas Branca, qui après une longue expérience du business sait que la meilleure façon de faire avec l'ego des stars était de faire profil bas. Comme il le dit, "Une des raisons pour lesquelles je pense avoir réussi est la discrétion, ainsi que la protection de la vie privée de mes clients."

Il est aussi prêt à tout pour signer un contrat. "J'ai été charmant, impitoyable, un trou du cul" déclare-t-il, se décrivant comme le mec à qui vous passez la balle à la dernière mi-temps dans la dernière minute.

Jusqu'à ce que la bataille autour de l'Estate Jackson ne capte l'attention du monde, Branca était plus connu pour représenter les plus grands noms du rock'n'roll. La liste de ses clients inclut 29 membres dans le Rock and Roll Hall of Fame ※ parmi lesquels, les Rolling Stones, les Doors, les Beach Boys, les Bee Gees, Fleetwood Mac, Aerosmith, Carlos Santana, et ZZ Top--plus les Backstreet Boys, Alicia Keys, et Nickelback. Mais le droit du divertissement n'était pas dans son esprit en 1975, quand le diplômé de UCLA law school natif de New York commença la planification successorale. Puis il lut un profil de Elton John dans le Time magazine qui mettait en lumière les avocats du divertissement, ce qui déclencha son intérêt. "J'ai tout suite compris que c'était ce que je devrais faire" dit Branca. Peu de temps après, il a rejoint la Century City firm qui est maintenant Ziffren Brittenham.

Branca crédita son père, John, un politicien grégaire et populaire, comme la source de ses "capacités sociales" et sa mère, Barbara Werle, pour lui avoir appris "l'ambition." Elle était danseuse et elle est apparue occasionnellement dans le Ed Sullivan Show, et quand Branca avait cinq ans, elle est partie pour poursuivre ses rêves de show-business sur la côte Ouest. Il l'a rejoint en Californie quand il a eu onze ans.

Bien que le nom de Branca n'est pas reconnaissable pour le fan de musique moyen, il a influencé presque toutes les facettes du business, de l'organisation des tournées et la vente des tickets au merchandising et la distribution des royalties.

Un exemple de ses changements, était son accord de 2005 pour le groupe de rap-metal Korn. Dans un contrat traditionnel, la maison de disque est seulement impliquée dans la promotion du CD du groupe, laissant le groupe prendre en charge toutes ses tournées et le merchandising. Selon les termes négociés par Branca pour Korn, le groupe et son label EMI devenaient partenaires sur tout, créant une synergie entre eux. Ce modèle est depuis devenu la norme. De la même façon, jusqu'à ce que Branca ait mit en place l'accord de la tournée "Steel Wheels" en 1989 pour les Rolling Stones, il était habituel que chaque arrêt d'un groupe en tournée soit pris en main par un promoteur de concert différent. Plaçant la tournée entière sous le contrôle d'un seul promoteur, qui évidemment, rationalise l'ensemble des opérations, cela peut être également lucratif pour les avocats impliqués. (Les avocats du divertissement reçoivent généralement un pourcentage des avances sur contrat, les redevances futures, ou les deux.)

Loin du bureau, le sexagénaire Branca pourrait passer pour un rock'n'roller lui même, avec ses longs cheveux ondulés, son T-shirt blanc relax, son blouson noir, et son jean. Une grande partie de son personnage semble à cheval sur la frontière entre le monde des affaires et du show-biz: Il combine un sourire enfantin et un charme effacé avec un style de négociation autoritaire. La majeure partie de sa vie professionnelle a été passée parmi les superstars de musique, mais il a toujours une lueur d'excitation dans les yeux quand un vendeur de collector lui apporte une des deux balles de baseballs signées par les Beatles connus. (Branca possède déjà  l'autre.) Son oncle, Ralph Branca, lançait pour les Brooklyn Dodgers dans le World Series de 1947 et en 1951 laissa tomber le fameux "Shot Heard'Round the World" de Bobby Thomson, un home run qui délivra la coupe pour les New York Giants.

Au fil des ans, Branca a aussi été occupé à aider des clients à acquérir et vendre des catalogues de musique. Il géra la vente du Jobete Music de Berry Gordy Jr. pour EMI, et l'achat par Sony/ATV Music du catalogue Leiber Stoller, qui inclut les chansons popularisées par Elvis Presley ("Jailhouse Rock" et "Hound Dog"), the Drifters ("On Broadway"), the Clovers ("Love Potion No. 9"), et the Coasters ("Yakety Yak" et "Charlie Brown").
Plus récemment, il a travaillé pour un des enchérisseurs finaux (Sony/ATV et une autre compagnie) pour le Warner Music Group, qui fut vendu en mai pour 3.3 milliards de dollars à Access Industries.
En juin, il revoyait les termes de la vente de EMI, la quatrième plus grosse compagnie mondiale de musique et le label de Katy Perry, les Beatles, et Pink Floyd.

Une génération plus tôt, c'est un client de Branca qui fit les gros titres avec une des plus célèbre et des plus controversée transaction du monde de la musique: l'acquisition par Michael Jackson des droits d'édition de ATV Music, qui incluait quelques 250 chansons des Beatles, tel que "Yesterday," "Help!" et "Let It Be."
Lorsque l'affaire fut lancée, des rumeurs parlaient de Paul McCartney pour acheteur, mais l'artiste n'a jamais sérieusement enchéri pour le catalogue, et plus tard lui et Jackson sont restés amis. La veuve de John Lennon, Yoko Ono, qui n'a pas enchéri non plus, fait remarquer qu'elle était heureuse que les droits appartiennent maintenant à Jackson, un collègue auteur-compositeur.

A un moment donné, Branca dit, qu'il a eu un arrangement tacite pour acquérir le catalogue avec l'homme d'affaires australien Robert Holmes à Court, pour découvrir que le vendeur avait fait volte-face et conclut un marché avec un enchérisseur adverse. "Il m'a niqué" tel que le dit Branca. Puis l'avocat a appris qu'un des financiers de ce marché rival était un collègue avec qui il avait fait affaire au fil des années.

"Je suis allé le voir et lui ai demandé de retiré le financement" se souvient Branca. Le collègue accepta, tuant effectivement le marché avec le concurrent de Jackson, Martin Bandier, qui deviendra co-propriétaire de The Entertainment Company.

Avec aucun acheteur prêt, Holmes à Court appela tout de suite Branca depuis Londres et l'invita à prendre l'avion pour démarrer leur accord antérieur. "Je lui ai dit d'aller se faire voir" dit Branca. C'était un coup risqué : Au lieu de suivre la procédure d'usage et d'attendre que le contrat soit signé pour faire les vérifications préalables sur les sommes dues et les questions juridiques, Branca avait déjà  investi plus d'un million de dollars en frais pour les résoudre à l'avance.

Au cours des jours qui ont suivi, Holmes à Court a appelé Branca à plusieurs reprises. L'avocat est resté évasif, même si, il l'admet : "mon cul était sur la ligne" [il risquait gros]. Finalement, il a accepté de survoler l'Atlantique, mais il a prévenu qu'il ne resterait que 24 heures. "Je lui ai dit que si un accord n'était pas convenu pendant que j'étais là , jamais, jamais il ne devrait me rappeler de nouveau."

Se faire désirer, a dit Branca, était une partie de la tactique de négociation, une partie du bénéfice, et une façon de s'assurer que Holmes à Court ne referait pas le même coup.

Bandier, à présent président et PDG de Sony/ATV, a dit qu'il pensait que sa compagnie avait toujours la cote. Mais c'est alors que Branca a fait monter les enchères. "Il a proposé d'obtenir que Jackson fasse une performance pour l'œuvre de charité favorite de Robert Holmes à Court" dit Bandier en rigolant. (Pour conclure l'affaire, Branca a également eu à accepter la demande de dernière minute de Holmes à Court : que sa fille reçoive le droit d'auteur pour "Penny Lane" comme un "souvenir".)

Après avoir perdu sur le catalogue des Fab Four [autre nom des Beatles], Bandier a dit à son partenaire, "La prochaine fois que nous faisons une offre pour quelque chose de ce genre, nous embauchons John." C'est exactement ce qu'ils ont fait quand ils courraient après les chansons de CBS.

Estimer la valeur d'un catalogue de musique relève d'une part d'analyse, d'une part d'instinct, dit Bandier. "John a un grand sens de la valeur d'une chanson -- quelles chansons vont rester sur la durée, comment certaines chansons peuvent être autorisées pour des publicités."

Ce sont ces mêmes qualités qui ont propulsées Branca parmi les "finalistes" quand, en 2008, la succession Rodgers & Hammerstein cherchait quelqu'un pour gérer la vente du catalogue des compositeurs. Les cinq autres prétendants étaient des banques d'investissement.

Au cours de l'entrevue, Branca a raconté à Mary Rodgers et Alice Hammerstein comment sa mère, qui était dans le show-biz, avait participé à la production itinérante de Rodgers & Hammerstein "The Sound of Music" (elle a joué la baronne) et l'avait emmené, alors qu'il était petit garçon, voir le show à Broadway. "Ce fut l'une des expériences formatives de ma jeunesse" s'est-il exclamé. "Je pourrais faire ce projet [pour le catalogue] gratuitement."

"Au début, je pensais que nous avions envisagé Branca à titre de courtoisie" de par son statut d'avocat du divertissement, dit Joshua S. Rubenstein, l'exécuteur testamentaire de Richard Rodgers et avocat de la succession. "Mais c'était une affaire familiale," continue-t-il. "Nous voulions quelqu'un qui pourrait prendre soin de l'héritage, et John nous a surpris par sa passion et son intérêt. Pour nous, ce n'était pas juste une question d'argent."

Pourtant, Rubenstein a accordé sa confiance à Branca sur la création d'un fort intérêt d'enchères pour le catalogue, malgré la crise économique cette année-là . "Branca l'a vendu pour 95% de notre plus haute estimation," exulte-t-il.

Après la mort de Michael Jackson, étant donné qu'aucun document n'était plus récent que 2002, le juge de la Cour Supérieure de Los Angeles Mitchell Beckloff a nommé Branca et le producteur John McClain comme co-exécuteurs temporaires.

Initialement, la mère de Jackson, Katherine, s'est battue pour obtenir le contrôle de la succession. Elle est la tutrice des trois enfants de son fils et est bénéficiaire de 40% de l'Estate, et elle a accusé Branca et McClain de conflits d'intérêt. Après que Katherine Jackson ait déposé plusieurs contestations judiciaires infructueuses, la dispute s'est dissipée, et elle a depuis fait l'éloge de la gestion des deux hommes sur l'Estate.

Adam F. Streisand, président de la fiducie [trust] et d'un cabinet spécialisé en litige de succession chez Loeb & Loeb à Los Angeles, a représenté les intérêts de Katherine Jackson jusque récemment. "John Branca a habilement géré la succession et a été très efficace pour étancher le déficit qui existait" a dit Streisand. "et il était toujours prêt à répondre aux requêtes que j'ai faites au nom de Mme Jackson." D'autres avocats qu'elle a employé au cours des poursuites ont refusé de commenter.

Bien sûr, les finances de Jackson étaient désastreuses au moment de sa mort : divers rapports ont estimé que l'artiste avait plus de 400 millions de dollars de dettes à cause de dépenses extravagantes et de taux d'intérêt élevés sur ses prêts.

Durant les semaines précédant la ré-embauche officielle de Branca par Michael Jackson, l'avocat a eu plusieurs discussions avec les représentants de Jackson sur ce qu'il voulait accomplir. Donc, en tant que co-exécuteur de son client, Branca a estimé qu'il était au courant des souhaits de Jackson et qu'il avait l'autorité pour réaliser une mission en trois temps : sortir la succession de sa dette écrasante ; assurer les besoins des enfants de Michael et de ses proches ; et de rétablir l'héritage du roi de la pop à sa gloire d'autrefois. C'était une tâche gargantuesque, mais le fait que Jackson avait récemment tendu la main vers lui de nouveau l'a rendue "émotionnellement enrichissante", a dit Branca.

La première décision commerciale importante de l'Estate était de faire un documentaire sur le processus des répétitions de Jackson alors qu'il préparait une série sans précédent de 50 concerts à Londres. Certains membres de la famille ont protesté en disant que Jackson n'aurait jamais voulu qu'un enregistrement de ses répétitions puisse être publié. "Mais nous avons regardé les enregistrements" a dit Branca, "et nous avons vu le Michael que nous avons aimé -- le perfectionniste -- celui qui avait une grande humanité et un profond respect pour ses danseurs et ses musiciens. Et c'est pourquoi nous avons sorti le film." This Is It est devenu le documentaire de concert le plus populaire au box-office dans l'histoire.

Branca et McClain ont encore transformé les fortunes de la succession par le refinancement des dettes onéreuses et en traitant ensemble des affaires comme l'ouverture des shows axés sur Jackson du Cirque du Soleil (un à Las Vegas et un autre en version itinérante) ; le lancement d'un musée interactif et d'un salon ayant pour thème Michael Jackson au Mandaly Bay [un hotel-casino] à Las Vegas ; la création d'un jeu de danse best-seller par Ubisoft Entertainment ; la communication sur la sortie de 10 albums comprenant à la fois d'anciennes musiques et des inédits dans les prochaines années ; et la montée en puissance du profil de Jackson sur Facebook.

Le résultat : 15 mois après la mort de Jackson, l'Estate avait généré 310 millions de dollars de revenus. En comparaison, la succession d'Elvis Presley, auparavant considérée comme le "standard en or" dans l'industrie du divertissement, a réalisé des profits d'environ 25 millions de dollars dans la même période.

"Si je ne fais rien d'autre dans ma carrière que d'avoir fait cela pour la succession de Jackson, je pourrais dire que j'ai fait un putain de bon job," s'est vanté Branca.

Bien que Branca parle de son client décédé avec révérence, l'avocat ne fera aucun commentaire concernant le dossier des autres membres de la famille Jackson. Il suffit de dire qu'il se sent incompris par le clan, et qu'il croit que certains de ces membres n'agissent pas en la faveur de Michael.

Parfois, dans cette industrie, bien sûr, la meilleure affaire est celle qui n'est pas faite. Le plaideur qui représente Branca et McClain en tant qu'exécuteurs de l'Estate de Jackson est Howard Weitzman, associé à Kinsella Weitzman Iser Kump & Aldiset à Santa Monica. Weitzman raconte comment, il y a plusieurs années, quand les problèmes financiers du chanteur étaient hors de contrôle, il a été conseillé à Jackson de vendre ses intérêts du catalogue de musique ATV comprenant des titres des Beatles. Branca lui a dit : "Si il y a bien une chose que vous ne devez jamais faire, c'est de vendre ça." Jackson l'a écouté, et le catalogue reste l'un des biens les plus précieux de l'Estate.

Branca pourrait sûrement prendre sa retraite demain et vivre très confortablement avec sa seconde femme, Linda, et ses deux jeunes fils dans sa demeure de Beverly Hills remplie d'antiquités italiennes -- mais il n'envisage pas d'arrêter de travailler. "J'aime être un avocat," explique-t-il. Peut-être parce que plus que cela, encore, il est un fan de musique et des musiciens.

C'est une des raisons pour lesquelles, il y a plusieurs années, Branca a aidé à créer le Programme d'Assistance aux Musiciens [Musicians Assistance Program] pour assister des artistes souffrant d'alcoolisme et de toxicomanie. Il a ensuite fusionné en MusiCares, avec une mission plus large pour aider des musiciens ayant besoin d'une quantité de services, incluant des soins médicaux et dentaires et des règlements funéraires ; Branca est désormais son président émérite.
Il a aussi aidé des musiciens de générations passées qui avaient perdu les droits d'auteurs de leurs chansons ou qui n'avaient pas été correctement payés en royalties. Parmi eux : Don Henley, John Fogerty, The Beach Coys, et des membres de The Doors.

A jongler entre les clients de la génération actuelle et prendre soin de l'héritage et des affaires de ceux qui ne sont plus, John Branca va rester occupé, en gardant la musique vivante.

source : callawyer.com / mjjc / traduction : DieuRa et Zili - MJackson.fr

 

Au niveau des affaires, John Branca a en effet de quoi être satisfait,  mais voilà, il existe tout de même cette  triste réalité  :

Durant le procès de 2005, David LeGrand, avocat de Michael Jackson de 2003 à 2005 témoigne sous serment. (Traduction des transcriptions)

Michael est face à lui, Thomas Mesereau l'interroge :

Question : Depuis quand représentez-vous Mr Jackson ?

Réponse : Depuis la fin janvier 2003

Q. Et approximativement, quand avez-vous cessé de représenter Mr Jackson ?

R. Mes services ont été interrompus le 28 mars de cette année.

Q. Comment en êtes-vous arrivé à représenter Mr Jackson ?

R. Mr Jackson m'a été présenté par Ronald Konitzer.

Q. Vous avez témoigné du fait qu'il apparaissait que tout le monde autour de Michael Jackson tentait de profiter, n'est-ce pas ?

R. Beaucoup de gens, oui.

Q. Vous avez enquêté sur certaines personnes autour de Michael Jackson qui semblaient concernées. L'une de ces personnes sur lesquelles vous avez enquêté était John Branca. Est-ce exact ?

R. Oui.

Q. Vous avez fait ça à la demande de Michael Jackson, n'est-ce pas ?

R. Oui.

Q. Et, à cette époque, Mr Branca était avocat de Michael Jackson, n'est-ce pas ?

R. Oui.

Q. Et Mr Branca était associé à la Ziffren Law Firm de Los Angeles, n'est-ce pas ?

R. Oui.

Q. La firme représentait également Sony, est-ce juste ?

R. Je pense que la réponse est oui.

Q. Le catalogue Sony/ATV est détenu à 50/50 par Sony et Michael Jackson, est-ce juste ?

R. Je pense que la réponse est juste. Oui.

Q. Vous saviez que des négociations avaient lieu de temps en temps entre les représentants de Michael Jackson et les représentants de Sony en fonction de leurs intérêts respectifs dans ce catalogue de musique, n'est-ce pas ?

R. Oui, absolument, parce que j'ai obtenu les dossiers émanant de la Ziffren Law Firm qui prouvent que la Ziffren Law Firm et Mr Branca, qui représentait alors Mr Jackson, discutaient à ce sujet à cette période.

Q. Pourquoi avez-vous enquêté sur Mr Branca ?

R. Parce que Mr Konitzer m'avait indiqué à plusieurs reprises qu'il était réservé sur Mr Branca et que Mr Jackson avait émis des réserves sur la loyauté de Mr Branca.

Q. Vous souvenez-vous avoir demandé à Interfor d'ouvrir une enquête sur un compte bancaire offshore ?

R. ça s'est passé autrement. Nous avons demandé à Interfor d'ouvrir une enquête sur Mr Branca. Ils nous ont alors confirmé ce fait.

Q. Est-ce vrai que vous tentiez d'enquêter sur des comptes offshore détenus par Branca et une autre personne nommée Tommy Mottola ?

R. Oui

Q. Qui était Tommy Mottola ?

R. Il était quelqu'un de très puissant dans l'industrie de la musique à une époque. Je crois qu'il était président de la division US de Sony Entertainment.

Q. Avez-vous enquêté sur l'existence d'un compte offshore ?

R. Nous avons demandé à Interfor de vérifier cette possibilité, oui.

Q. Pourquoi ?

R. Parce que nous détenions des informations d'une source paraissant crédible sur l'existence de ce compte.

Q. Et pourquoi vouliez-vous enquêter sur ce compte ?

R. Euh, pour moi, ça paraît évident. S'il existait réellement un tel compte offshore et que de l'argent y avait été déposé au profit de Mr Branca, cela démontrait de sévères violations des responsabilités de Mr Branca sur Mr Jackson.

Q. A votre demande, ils ont donc recherché ce compte, n'est-ce pas ?

R. Oui.

Q. Où se trouvait ce compte offshore ?

R. Je crois qu'il était aux Caraïbes.

Q. L'enquête a indiqué que Mr Branca était impliqué dans ce compte, n'est-ce pas ?

R. C'est ce qu'indiquait le rapport d'investigation.

Q. Et le rapport indiquait que Sony était impliqué dans ce compte, n'est-ce pas ?

R. Le rapport d'investigation indiquait que Sony transférait de l'argent sur ce compte.

Q. Sony transférait de l'argent sur ce compte au profit de l'avocat de Mr Jackson, n'est-ce pas ?

R. C'est ce qu'indiquait le rapport.

Q. Savez-vous pourquoi la décision a été prise de faire un grand nettoyage dans les affaires de Mr Jackson ?

R. Eh bien, je sais ce que Mr Jackson m'a dit.

Q. Très bien. Pouvez-vous me dire ce que Mr Jackson vous a dit ?

R. Mr Jackson m'a dit qu'il n'avait plus confiance en John Branca.

Q. Et au cours de ce grand nettoyage, Mr Jackson a décidé de personnellement licencier son avocat (John Branca) qui était à ses côtés depuis plus d'une décennie ?

R. Oui.

Q. Et il a écrit une lettre pour licencier cet avocat, n'est-ce pas ?

R. Oui.

Q. Vous l'avez rédigée parce qu'il vous l'a demandé ?

R. Oui.

Toutes les questions suivantes ont été rejetées par la Cour (donc pas de réponses) mais Tom Mesereau a fait en sorte qu'elles soient enregistrées.

- Vous aviez compris que Mr Branca et son cabinet d'avocats ne pouvaient plus représenter les intérêts de Mr Jackson en raison de leur lien avec Sony ?

- N'avez-vous pas enquêté sur Mr Branca parce que vous aviez compris que Sony et lui avaient ouvert un compte offshore pour masquer leur fraude envers Michael Jackson ?

- Pensez-vous que Sony payait Mr Branca pour trahir Michael Jackson ?

- Et vous aviez compris que tous ces personnages essayaient de voler de l'argent et faire des profits sur Michael Jackson, n'est-ce pas ?

- Et sous votre direction, ils devaient examiner ce compte parce que vous aviez compris que l'avocat de Michael Jackson et Sony déposaient de l'argent sur ce compte de façon à ce que l'avocat de Mr Jackson le trahisse, n'est-ce pas ?

Source : Isabelle Stegner-Petitjean

Ces récusations ouvrent la porte à un malaise profond.

 Selon le site rrca.revues.org.

 Des récusations basées sur des critères soi-disant extra-catégoriels se prêtent facilement à la tricherie, surtout lorsque l’on tient compte de l’incroyable complexité procédurale, chaque partie peut sommer l’autre de s’expliquer sur une récusation suspecte . Si le juge approuve malgré tout la récusation, il est encore possible de faire appel de la décision du juge pour non-respect de la clause d’égale protection du 14èmeAmendement.

lire l'article complet ici : http://rrca.revues.org/255#ftn1

Voir les commentaires

Publié le 19 Août 2014

Dans une interview accordée au New York Post, des anciennes domestiques de Michael Jackson l’accusent d’avoir vécu dans une saleté immonde. «C’était la personne la plus sale et dégoûtante à Hollywood», confie l’une d’elle. «Michael se comportait parfois comme un animal. Il courait et puis il faisait la grosse commission sur le sol de la maison. Si vous aviez le malheur de lui faire une réflexion concernant ses agissements, il vous menaçait de prendre ses excréments, d’en faire des boules et de vous les envoyer au visage», raconte une gouvernante. «Je n’ai jamais compris comment il pouvait dormir dans autant de saleté», balance encore l’une d’entre elles. Michael Jackson aurait aussi eu dans sa chambre un jeu de fléchettes où se trouvaient des photos de Steven Spielberg, David Geffen et Jeffrey Katzenberg, les créateurs de Dreamworks, qui avaient «volé son idée de studio». Une employée raconte: «Il éprouvait de la haine pour eux et tenait des propos antisémites».

C’est à croire qu’ils n’ont l’occasion de faire vraiment leur métier, pour lequel ils sont aussi doués que les autres, qu’en de très rares occasions. Quand il ne se passe rien notamment.

Cette citation de Michael, pourrait à elle seule servir de réponse :

Pourquoi ne pas simplement dire aux gens que je suis un étranger venu de Mars ?
Dites-leur que je mange des poulets vivants et que je fais une danse vaudou à minuit.
Ils croient ce que vous dites, parce que vous êtes un journaliste.

Mais moi, Michael Jackson, si je devais dire: «Je suis un étranger venu de Mars, et je mange des poulets vivants en faisant une danse vaudou à minuit, "
les gens diraient : "Oh, cet homme, Michael Jackson est fou.
Vous ne pouvez pas croire un maudit mot qui sort de sa bouche ".

En effet, comme les primates s’épouillent, le piètre journaliste cancane. Mais « la médisance à ce niveau est un sport risqué : elle peut vite faire mauvais genre surtout quand elle se met au service de la connerie ».

Dire du mal d’autrui, c’est si bon…et dire du mal ensemble, c’est avoir un point commun,    tous les torchons  ont relayé ces délires d’anciennes domestiques.

Enfin cerise sur le « poison », ces médisances ont crée du lien entre les vulgaires journalistes et les imbéciles qui les croient.

 

Hélas, Dans le cercle  très vaste des fans de Michael, on assiste à quelques nuances près, aux mêmes comportements dévastateurs,   cette analyse issue du  site empreintes inédites est absolument juste, elle est le fruit d'une longue expérience :

 

Qui sont les fans de Michael Jackson ?

Fans fanatiques ? Fans hystériques ?

Où sont les fans ?

Le cercle des fans de Michael Jackson est si diversifié et ses composantes si différentes qu’il pourrait constituer un véritable vivier pour un sociologue…

A travers les mois écoulés depuis le 25 juin 2009, mon chemin a croisé celui de bon nombre de fans très différents les uns des autres, tant dans leur état d’esprit que dans leurs démarches…


Lire la suite sur le site :

 

http://empreintesinedites.blogspot.fr/2010/05/qui-sont-les-fans-de-michael-jackson.html

 

-*-*-*-*-*-

 

On s’accommode mal de la connerie des autres, mais peut-être, aurons-nous toujours besoin de vivre à son contact et de garder en nous (et au besoin cultiver) suffisamment de microbes de connerie pour ne pas nous affadir dans une vie de l’esprit entièrement aseptisée. Elle est tonique car elle est génératrice d’anticorps et concourt à l’équilibre biologique. Je lutte contre elle, mais je ne suis pas sûre de souhaiter l’extinction totale de la connerie humaine. La mienne comprise. . – L’enfer, a écrit Jean Rostand, s’installera quand tout sera parfait.

Et puis Brassens a déjà établi qu'en ce domaine le temps ne fait rien à l'affaire. Ni la dimension. je crois sur ce point avoir fait une découverte menue mais intéressante.

 

*-*-*-*-*

 

Place  à la détente cette fois, avec "Whatzupwitu" ou  quand l'amitié ménageait une petite place pour la brouille, et dans la brouille une autre pour la réconciliation....

 

« Whatzupwitu » est le fruit d'une collaboration entre l'acteur et chanteur Eddie Murphy et Michael Jackson. Dans les années 80, tous deux entretenaient des relations assez houleuses car Murphy singeait Jackson dans un spectacle comique. Puis leurs relations se sont améliorées et Eddie Murphy accepta de participer au clip « Remember The Time » (1992), dans lequel il interpréta le pharaon Ramsès II. En 1993, Michael Jackson lui rendit la pareille en apparaissant dans « Whatzupwitu ».

Le mot « Whatzupwitu » est une version abrégée de la formule familière « What's up with you » (qui signifie : « Qu'est-ce que t'as ? »). La chanson est très légère comme en témoignent ces quelques phrases: "Le soleil va briller, les fleurs vont pousser, les nuages vont répandre des averses, les rivières vont couler, l'Homme n'a pas le pouvoir de détruire quoi que ce soit hormis lui-même, l'Homme est une création et rien d'autre" (1er couplet de « Whatzupwitu »).

Le clip est à l'image de cette citation: léger... très léger... au point que l'on y voit Michael Jackson et Eddie Murphy flottant dans un ciel bleu et affichant une complicité fraternelle. La vidéo utilise la technique de l'incrustation: les deux protagonistes ont été filmés sur un fond bleu et le décor alentour (ciel, nuages, etc) a ensuite été ajouté par ordinateur. Le design du clip met en avant des couleurs vives et un environnement proche du dessin animé: des coeurs s'envolent en agitant leurs ailes, une colombe passe, des notes de musique s'élèvent dans les airs...

Eddie Murphy a parlé de cette collaboration...

« Ca fait sept ou huit ans que je connais Michael. C'est un homme vraiment drôle. Il y a un grand décalage entre ce que voit le public et ce qu'il est. Quand il se met à parler, les gens sont parfois surpris et disent « Ah, mais il est normal » ! En fin de compte, c'est un être humain comme vous et moi. Hormis le fait, évidemment, que c'est quand même Michael Jackson !!! Pour cette chanson, je puise l'inspiration dans les forces positives de la nature ».

Source : Elusive Shadow.

Voir les commentaires

Publié le 17 Juillet 2014

Le séjour de Michael Jackson aux Bermudes, en 1991, avec  Macaulay  Culkin devrait faire l'objet d'un film TV, produit par la compagnie Windy City Images, sous le nom de Our Vacation With Michael Jackson (en français, Nos Vacances avec Michael Jackson)

Aucune indication n'a été donnée quant à la diffusion de ce film  mais je vous propose  la traduction du  descriptif tel qu'on le trouve sur le site : http://windycityimages.com/filmdetailpagealt.php?itemid=10&offset=3&mode=category&categoryid=1&parentid&searchtext
 
NOS VACANCES AVEC MICHAEL JACKSON
 
Que feriez-vous si la plus grande vedette du monde s’invitait tout à coup durant vos vacances en famille ? C’est ce qui est arrivé à la famille Goldstein d'Orlando, en Floride, il y a 23 ans. Lors d’un enchaînement bizarre d'événements, Michael Jackson est allé en vacances aux Bermudes avec les Goldstein grâce au jeune acteur, Macaulay Culkin. Heureusement, Alan Goldstein a filmé tout le voyage, mais n’avait jamais dévoilé les images jusqu’à aujourd’hui.
Dans une nouvelle émission spéciale d'une heure Alan, Lynn et leur fils, Brock, parlent de leur fabuleuse expérience, un moment comme on en vit qu’une seule fois, avec Michael Jackson alors qu’il est au sommet de sa gloire. Le programme comprend aussi des images intimes, tournées par Alan Goldstein et un grand nombre de photos personnelles du voyage.
 
« Nos Vacances avec Michael Jackson » ne montrent pas seulement le Roi de la Pop tel que nous ne l’avions jamais vu avant, mais offre un aperçu intime du monde troublant et innocent dans lequel il vivait "J'ai été choqué quand il est descendu de l'ascenseur pour la première fois," dit Alan Goldstein. «Je ne croyais pas que c'était vraiment lui, mais, plus important encore, où se trouvait tous les autres ? Il n’y avait pas de gestionnaires, pas d'agents, pas de groupies, juste lui, lui tout seul."
 
Cette petite escapade tranquille s'est transformée en moment d’évasion amusant et en une aventure de rêve. L'argent n'était pas le sujet et les choses s’emballent quand la star la plus riche de son époque a décidé de faire la fête; des hôtels cinq étoiles, une séance de shopping dans un magasin de jouets, un tour sur un bateau à grande vitesse qui vous retourne l’estomac, avec Ross Perot, des batailles de pistolets à eau, de tartes, des séances de natation dans l'océan, et plus encore. Ce fut peut-être les derniers moments de liberté et d’innocence, où Michael Jackson a pu agir à sa guise avant que sa vie ne prenne un tournant avec les terribles accusations d'abus sexuels et les critiques pour son comportement hors du commun.
 
En 1991, Brock Goldstein avait dix ans et voulait être acteur. Il a été recruté dans un film de Macaulay Culkin qui se tournait à Orlando, "My Girl", et s’est tout de suite lié d’amitié avec Culkin. Plusieurs mois plus tard, quand les parents de Brock ont annoncé que la famille se rendait aux Bermudes en vacances, Brock a demandé si Macaulay Culkin pouvait les accompagner. Quelques jours plus tard, Brock a mentionné qu'un ami de Macaulay voulait se joindre à eux aux Bermudes. Alan Goldstein explique: «J’ai dit à Brock : qui est cet ami ? et il a répondu, 'Michael Jackson'. J’ai cru que c'était juste le fantasme d'un gamin de dix ans Mais quand nous sommes arrivés aux Bermudes, qui s’est présenté le lendemain,…. Michael Jackson! "
 
Michael Jackson avait à coeur de retrouver son enfance volée et d’échapper au regard incessant des médias. L'amitié de Jackson avec Macaulay Culkin a apparemment permis à l'enfant qui était en lui de s’exprimer. Les images des Bermudes montrent un Michael étonnamment accessible revivant son enfance avec les deux enfants de dix ans. "Je pense que c'était une des rares fois où il a pu avoir ce genre de liberté" , dit Brock Goldstein. "On aurait dit qu'il ne voulait pas que ces vacances se terminent."
 
« Nos Vacances avec Michael Jackson » explorent également la motivation derrière le désir de Michael Jackson pour le jeu de l'enfance et pourquoi il se méfiait des adultes. "Les enfants sont honnêtes", a dit Michael Jackson à Lynn Goldstein, un soir, pendant le voyage. "Vous pouvez leur faire confiance. J’ai rarement été entouré d’adultes qui ne voulaient pas obtenir quelque chose de moi."
 
*-*-*-*-*-*-*
 
Un brin de vacances s'impose aussi pour moi, mais c'est pour mieux vous retrouver dans le courant du mois d'Août - A bientôt !
 
 

Voir les commentaires

Publié le 16 Juillet 2014

« Est-ce parce qu'il est noir: Qu’ils ne veulent pas que vous sachiez à propos de Michael Jackson ?  »

Traduction d'un  texte écrit Par Christopher Hamilton, le jeudi 5 Janvier 2006.

 

"Que pensez-vous lorsque vous entendez le nom de Michael Jackson ? Wacko ? Criminel ? Grand artiste? Affaires? Quoi que vous pensiez de MJ, jetez toutes vos pensées par la fenêtre et examinons quelques faits.

 Pendant des années, les médias l’ont appelé «Wacko Jacko». Qu'est-il arrivé à MJ ? N'était-il pas l’homme  le plus important dans la musique à un moment donné ? Quand est-il devenu fou ? Tout ce qu'on a à faire est de regarder quand Michael a commencé à être dépeint comme « Crazy ».

Ce n'était pas  pendant les années «Thriller». C'est cool d'être un chanteur et un danseur. C'est ce qu'ils voulaient.

Mais Il ne devait pas penser à devenir un homme d'affaires. Il ne devait  pas «oser acheter le catalogue des Beatles. Ne pas oser se marier avec la fille d’Elvis.

Ne pas oser frapper l'industrie du disque dans leur propre jeu.

 

 Michael a commencé à être étiqueté de fou quand il a commencé à faire des affaires  que personne n'avaient réussies à faire. Pendant Toutes notre vie, nous avons été bombardés  avec deux faits. Les Beatles étaient le plus grand groupe de tous les temps et Elvis était le roi du Rock and Roll. Michael a acheté le catalogue des Beatles et il épousa la fille du roi du Rock and Roll.

Les Beatles étaient supers, mais ils n'étaient pas assez grands pour maintenir les droits d'édition sur leurs propres chansons. Elvis était grand, mais il n'a pas écrit ses chansons. Son directeur, le colonel Tom Parker, était le cerveau derrière Elvis ...Il  le gardait drogué avec des pilules,  et s’occupait de toute la paperasse.

 Michael était génial en tant qu'artiste.

 « Off the Wall », premier artiste solo avec quatre des dix premiers singles.

«Thriller», l'album le plus vendu de tous les temps, avec un record de sept puis dix premiers singles.

« Bad », le premier album à avoir cinq chansons numéro un (même «Thriller» n'avait que deux chansons numéro un).

Tout cela est cool. C’est tout ce qui se faisait de mieux. Mais Michael voulait être encore plus grand. Il a acheté le légendaire Sly et le catalogue Family Stone et personne ne s’en souciait vraiment. Quand il a acheté les Beatles, les gens l’ont remarqué. La fusion Sony a pris part au gâteau. Sony, dans leur empressement à avoir une partie du catalogue des Beatles, a convenu d'une fusion 50/50 avec Jackson, formant ainsi  l’édition musicale de Sony / ATV. Maintenant, Michael est copropriétaire de la moitié de l'ensemble de l'édition de l'ensemble des artistes de Sony. Consultez les listes complètes des chansons de Sonyatv.com. Un échantillonnage des chansons qu'il possède,  les droits d'édition,  de  plus de 900 chansons country par des artistes tels que Tammy Wynette, Kenny Rogers, Alabama. Toutes les chansons écrites par Babyface.  Les Chansons latines de Selena et Enrique Iglesias. Les Chansons de Roberta Flack, des chansons de Mariah Carey, 2pac, Biggie et Fleetwood Mac chansons. En essence plus de 100.000 chansons.

 « Ce que cet homme a fait »  Aucun des grands ne l’a fait. Ni Bono, Springsteen, Sinatra.

 « Qui croit-il qu'il est ? Faites ce que vous pouvez contre lui. »  Pour «avoir» quelqu'un, il suffit de l’attaquer sur ce qu'il aime le plus. Je n'en dirai pas plus à ce sujet.

 Le seul homme qui s'approche un peu de  MJ avec  l'industrie de la musique  est Prince et dans une moindre mesure, en comparaison avec George Michael. Ils s’en sont pris au pauvre George Michael, publiquement,  parce que  l'homme est un homosexuel. Prince a lutté et fait valoir son point de vue, mais il devait néanmoins encore demander l'aide d'une grande entreprise pour distribuer sa musique. Il n'y a rien de mal à cela. Prince  a obtenu la part du lion, mais le résultat était, que pendant des années il a été étiqueté, " fou et difficile".

 

 Le plus grand moment pour eux était la conférence de presse de Sneddon. «Nous l’avons. » Jamais une telle joie n’a été si évidente. Qui se soucie si nous avons des preuves ?

 Michael a été acquitté, sans célébrer son acquittement, il  est rentré chez lui et a quitté les États-Unis. C’était leur  Meilleur coup jamais réalisé. Maintenant qu’il est parti, pour les ennemis que  faire? Il est parti. « Parti », qu'est-ce que cela veux dire, il s'installe à Bahreïn ? Eh bien, comment diable pouvons-nous le persécuter s’il n'est pas ici ? Vite ! Un  chroniqueur pour écrire une série d'articles sur la façon dont MJ est en déséquilibre et au bord de la destruction. Oh, nous l’avons déjà fait ? Eh bien, que pouvons-nous faire ? En apparence,  il semble que Michael ne fait rien pour gagner de l'argent. Sans  compter les ventes hebdomadaires de ses CD. 15 000 CD par semaine ce n’est rien pour Michael. Le catalogue Sony / ATV soit de l'argent pour Michael Jackson à chaque fois qu'il respire. Beaucoup d'argent. Le fait que personne ne rende compte de la quantité réelle vendue en est la preuve. Ils préfèrent que vous croyiez qu'il est sans le sou au lieu de vous dire la vérité.

 Neverland est toujours détenue par MJ. La maison familiale à Encino est toujours détenue par MJ. Michael possède toujours les chansons des Beatles à travers la fusion avec Sony ainsi que la pleine propriété de ses propres chansons.. Michael Jackson a littéralement marché dans les chaussures qu’aucun noir  n'a jamais pu se permettre avant. Si jamais il écrit une autobiographie, elle sera l'une des plus intéressantes qui n’ait jamais existée. Un homme noir sans aucune éducation formelle réelle devient l'homme le plus puissant de l'industrie, malgré la haine, le racisme, les ennemis dans ses propres camps et des médias prêts à être achetés au plus offrant. Si Sony avait un peu de bon sens, en ce moment, ils devraient lui offrir de poursuivre le partenariat. C'est la seule façon dont ils vont se faire de l'argent à l’avenir en dehors du catalogue de Michael. Tommy Mottola n'a pas perdu son emploi avec Sony parce qu'il était une mauvaise tête qui faisait du tort à  l'étiquette. Il était une victime de la guerre. MJ a exposé son cas et Sony a dû réduire leurs pertes. Les entreprises font cela tout le temps. Notez que personne chez Sony ni  Motolla n’ont jamais poursuivi MJ pour diffamation. Michael a toujours été fidèle à ses patrons  Epic / Sony.

Retour aux Grammys en  1984, MJ  a même amené Walter Yetnikoff , alors à la tête de Sony,  sur scène avec lui à un moment donné. Il a toujours remercié Dave Glew, Mottola et d'autres chez Sony dans ses discours d'acceptation. Sony peut toujours faire le bien par Michael, mais il peut être trop tard. Cependant, ils devraient encore faire un geste de bonne volonté, mais combien de fois les entreprises le font-elles ?  Si j'étais à leur place, je voudrais quand même MJ comme allié, pas comme ennemi. Il est / était une fusion mutuelle très rentable. J’aurais peur de l'enfer si j'étais un ennemi de MJ alors qu'il est avec les multimilliardaires d'outre-mer. Croyez-moi, ils ne sont pas juste là à discuter des vêtements de marque. Un conglomérat est en préparation. Une dernière note, ces faits que j'écris ici ne doivent pas être les premiers que vous entendez ou lisez, mais la triste réalité est que c’est probable. Je craignais que Michael soit condamné en raison de l'incertitude du jury. Que le Jury joue l’injuste. Si je présente ici ces faits à Eurweb, vous pouvez le croire les médias le pensaient déjà ainsi. Ils ne sont pas là à saliver sur tout ce qui est lié à  MJ   simplement parce qu'il a fait «Thriller». Ils savent ce qui se passe. Pensez-y. C'est pourquoi je ris quand je vois des émissions comme BET « The Ultimate Hustler ». Nous savons tous de qui il s'agit.

 

A la fin, Michael ne sera pas connu pour être un pédophile présumé. Il ne sera pas connu pour «Thriller». Il sera connu comme l'homme qui a combattu l'industrie du disque, qui  a gagné et  qui a vécu pour raconter l'histoire.

Source : http://www.mjfriendship.de/en/index2.php?option=com_content&do_pdf=1&id=161

 

La vraie fin de l’histoire est que Le 25 juin 2009, à la stupeur générale, le «Roi de la Pop» nous quittait à seulement 50 ans... Cette disparition prématurée fut un choc pour ses nombreux fans à travers la planète ! Oui,  Michael Jackson à la notoriété universelle avait pourtant résisté à toutes les calomnies et humiliations, il envisageait même de remonter sur scène. Mais nous savons que sa fin tragique ne fut que le fruit d’une oppression constante et cruelle à laquelle il dut faire face au quotidien pendant un demi-siècle !

 

 Ses ennemis peuvent avoir détruit son corps, mais ils ne peuvent pas détruire son esprit, car il est invincible.!

 

(MICHAEL JACKSON entouré de ses fans, en juillet 1997,  juste avant son concert à Munich.)

 

« Mes fans sont vraiment une partie de moi, nous partageons quelque chose que la plupart des gens ne connaîtront jamais. »

Michael Jackson

 

 

«Je ne serai jamais triste si je quitte ce monde, parce que je sais que je serai dans un endroit  meilleur. La seule chose qui m'importe, c'est que les gens arrêtent de penser que j'ai fait quelque chose de mal. J'aime les enfants, et les mensonges répugnants m’ont pratiquement tué. Quand je mourrai, tout mon  argent  ira à mes enfants et d'autres enfants dans le monde ".

Michael Jackson selon Frank Cascio.

Voir les commentaires