Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
 Michael Jackson par  Elisabeth

MICHAEL JACKSON ETAIT UN POÈTE DE LA DANSE.

27 Février 2015, 08:59am

Publié par ELISABETH/ motspourtous

MICHAEL JACKSON ETAIT UN POÈTE DE LA DANSE.MICHAEL JACKSON ETAIT UN POÈTE DE LA DANSE.

Suite 8 et fin de l'analyse,   sur la contribution de MICHAEL JACKSON à l'art de la danse,  rédigée par  la danseuse professionnelle de flamenco et chorégraphe Amor Lubov Fadeeva :

Je pourrais continuer encore et encore, mais c’est le temps de terminer. J’ai peint une image à laquelle vous pouvez toujours ajouter plus de détails si vous le souhaitez, parce que le sujet de l'art de la danse dans son sens global est inépuisable, et Michael est une constante en elle. J’espère seulement avoir été en mesure de démontrer les principaux éléments de son image.

Michael Jackson,  Pour résumer la discussion, d'abord, permettez-moi de répéter que la danse relie le spirituel et le matériel,  qu’elle ouvre le mystère de tous les mystères, en emportant notre conscience bien au-delà des limites et des entraves.

Il y a beaucoup de bons danseurs, mais seuls quelques-uns d'entre eux sont des artistes. Le genre et l'ampleur de la popularité ne comptent pas. Ce qui est important est de savoir combien l'artiste se consacre à son art, dans quelle mesure il réalise son grand don et combien il le partage avec le public. Le don n’est pas seulement  talent ou  brillance. Le don est une occasion de devenir un serviteur de la danse avec l'aide d’un talent donné par Dieu, il faut  l'aimer et le détecter dans son sens sacré et universel.

Michael Jackson était un de ces poètes qui aimait danser la danse de façon désintéressée en apportant son essence sur scène. Il a apporté des étincelles pour les téléspectateurs qui les ont acquises au-delà des limites conventionnelles, leur permettant de se connecter avec la sphère de son énergie frénétique, l'émotion et la beauté qui ne peuvent être perçues par la logique, mais peuvent se faire ressentir. Il était rempli d’émotions et trouvait des détails incroyables dans  ses  improvisations comme seul un danseur rare - et aucun autre artiste pop – ne peut le faire. La spiritualité et l'esthétique qu'il a apportées sur la scène pop étaient uniques et sans précédent. La complexité et pourtant la simplicité de ce qu'il faisait ont fusionnées en quelque chose de brillant. Dans son genre, il restera inégalé  pendant longtemps. J’aimerais que chacun le comprenne, et pas seulement ses fans.

Je suis heureuse d’avoir vécu à une époque où il était vivant. Et je suis heureuse de l’avoir vu à un moment où je pouvais regarder ses vidéos sans commentaire inutile et le juger sans ce biais. Des années plus tard, il était devenu  tendance de l'appeler «détraqué» ou « monstre », et puis c’était presque effrayant d'admettre avoir aimé Michael Jackson. Pourtant, cela ne m'a jamais empêchée de voir la beauté et la spiritualité de son art.

Il est douloureux de savoir comment sa vie a pris fin. Il est regrettable que le talent tende à être considéré dans une lumière négative  alors que l'artiste est vivant. Malheureusement, cela semble être la nature humaine. Une personne talentueuse et polyvalente, incroyablement douée en musique, en danse et théâtre, est connue du public non pas par les meilleurs exemples de son travail, mais par des fragments de vidéo sélectionnés et diffusés à la télévision et par des articles à sensations de tabloïds indignes d'attention. Aujourd'hui, il n’existe pas un seul documentaire décent sur lui à la télévision - tout ce que vous voyez ce sont des trucs d’un amateurisme pathétique avec des noms, des dates et des confusions  qui ne disent rien au sujet de son génie créatif. Les meilleurs enregistrements et films de ses  concerts sont toujours regardés  seulement par ses fans. C’est une honte, vraiment. Je peux seulement espérer que la justice prévaudra un jour. Et nous devons faire tout notre possible pour l'aider à l'emporter avec nos modestes contributions.

J’espère aussi toujours qu'un jour viendra où Michael Jackson l'artiste deviendra classique et qu’on ne se souviendra pas seulement de lui comme une simple idole pop, mais comme un grand artiste et un homme humanitaire qui  « dansait son rêve ».

Traduction anglaise : Julia Sirosh;  -  édition  Vera Serova et Willa Stillwater.

source : http://en.michaeljackson.ru/michael-jackson-the-dancer-of-the-dream/

Je remercie Amor (Lubov Fadeeva), pour ce chef-d'oeuvre.

Voir les commentaires

LA DANSE DE MICHAEL JACKSON DANS THIS IS IT.

24 Février 2015, 09:31am

Publié par motspourtous

LA DANSE DE MICHAEL JACKSON DANS THIS IS IT.

La contribution à l'art de la danse de MICHAEL JACKSON est analysée dans cet article passionnant par la danseuse professionnelle de flamenco et chorégraphe, Amor (Lubov Fadeeva).(suite 7) .

La dernière question que j’aimerais aborder concerne les compétences de Michael en tant que danseur, et s’il avait  perdu certaines de ses compétences en étant devenu plus âgé.  Malheureusement, j’ai entendu de telles opinions sur ses dernières performances dans This Is it.

Je vais le dire ainsi : il y a beaucoup de façons de regarder une danse, mais nous devons toujours nous souvenir que la danse est un art et non un sport. Je l'ai déjà dit, mais il est important que je le répète. En fait, c’est la chose principale. La danse est un art, et non un sport.

Certes, la danse est étroitement liée avec le corps, le conditionnement physique. Donc la capacité technique est un des facteurs pour juger de la performance d'un danseur. Certains aspects techniques sont plus importants dans les  ballets, d'autres dans les danses folkloriques, et d'autres encore dans la danse pop sur scène. Pourtant, quelle que soit l'importance de la technique, nous devons commencer par le contenu artistique. La technique vient ensuite. Je ne nie pas la nécessité de certaines bases dans l'exécution de tel ou tel mouvement. Mais nous parlons de la maîtrise d’une grande étoile, et non pas d’un débutant.

Dans les  ballets russes, les danseurs prennent leur retraite à 38 ans. Pouvez-vous vous l’imaginer ? Pas à 50, pas à 45 mais  à 38 ans ! Bien sûr, la charge de travail est énorme. C’est pourquoi un âge de retraite anticipée est spécifique au ballet classique et non une règle commune pour tout type de danse. Pourtant, nous devons nous rappeler qu'il existe  la retraite à 38 ans.

Naturellement, certaines étoiles de ballet dansent beaucoup plus longtemps. Maya Plissetskaïa* :

dansait encore à 70 ans. Mais tout le monde doit comprendre que l'âge est déterminé en fonction de son chemin de vie. Un tel artiste n'était pas forcément en mesure de donner de nombreux spectacles, même si les demandes et les ventes de billets étaient très fortes.   Les gens veulent voir une grande star de 20 ans  à 70 ans. Ils veulent voir l'individualité et le contenu, dans une danse parfaite.  L'individualité est la chose principale dans l'art de la danse, et l'élément principal dans la performance de l'étoile.

Je vais vous donner un autre exemple : dans le flamenco, les gens dansent jusqu'à un âge très avancé. Il n'y a aucune retraite à 38 ans. En fait, je vais aller encore plus loin et dire, qu'en général, leur carrière commence après 30 ans. Personne ne peut deviner les changements physiques d'un corps vieillissant  dans la danse espagnole, même lorsqu’ils sont assez vieux. Parce que, encore une fois, l'essentiel est le contenu artistique. Dans le flamenco, la spiritualité et l'art sont plus importants que la technique. C’est pourquoi les danseurs plus âgés sont parfois appréciés plus que les plus jeunes : ils ont quelque chose à dire quand ils arrivent sur scène. C’est un art de personnes d'âge mûr. Vous ne pouvez réussir dans cet art que lorsque vous avez une expérience de vie suffisante. Et il est très important d'être une personnalité. Pour obtenir un résultat sur scène et dire quelque chose  au public, vous devez être différent et vous démarquer des autres.

Je dis cela pour mettre en évidence la différence non seulement entre les éléments primaires et secondaires dans l'art, mais aussi entre les compétences d'un maître et les compétences des interprètes communs. Il est important de comprendre que, parfois, un maître est remarquable non pas parce qu'il est capable de faire quelque chose nécessitant un grand effort physique, mais parce qu'il le fait dans un incroyable et unique chemin. Des artistes communs vous obtenez souvent de très hauts sauts ou l’accomplissement parfait de l’apprentissage d'une séquence mise en scène par le chorégraphe. Dans les deux cas, en effet, ce sont des professionnels. Mais ce professionnalisme sert à des fins différentes.

Michael Jackson est un danseur pop dont le travail est tombé dans la catégorie des arts de la scène, et pas du sport. Comme dans la danse folklorique et le théâtre classique, il a créé un véritable dialogue avec le public et avec Dieu. C’était son message principal ; c’était ce qu'il a apporté au public - à la fois intuitivement et très consciemment, comme un professionnel et un artiste d'origine.

Il avait  50 ans, mais sa plastique était parfaite. De Quoi d'autre avait-il besoin pour être en mesure de danser dans son style ? Rien.

Oui, je crois qu'il n’était plus en mesure de danser  autant d'heures  ou avec la même énergie comme il le faisait quand il avait 20 ou 30 ans.  Être un homme de 50 ans sain sur scène n’est pas toujours aussi facile qu’à 30 ans - il y a une différence. Mais il n’avait pas besoin d’effectuer autant d'efforts.  Les marathons sont pour les plus jeunes. Pour  Michael il lui suffisait de démontrer son individualité, sa plastique, son tempérament et sa passion. Et c’est tout. Dois-je dire qu'il ne pouvait plus  tout avoir ?

Quand Michael est filmé dans This Is It, je peux dire, même en laissant derrière une quelconque sympathie, qu'il était beaucoup mieux que son équipe de danse parce que son corps vivait chaque seconde de la danse. Ses mouvements de danse étaient naturels pour lui. Et peu importe comment ces jeunes hommes brillants ont essayé de le faire, ils ne pourront jamais être comme lui, même s’ils étaient très talentueux ou physiquement plus forts. Honnêtement, je ne devrais même pas expliquer cela parce que c’est la vérité fondamentale. Le fait que je doive insister sur cela est exaspérant parce que certaines personnes ne comprennent tout simplement pas les bases. Ce malentendu me rend triste, non seulement en ce qui concerne un tel danseur exceptionnel comme Michael Jackson, mais aussi dans le contexte plus large de la compréhension de la danse comme une forme d'art et de phénomène social.

Je voudrais noter une seule chose et la plus importante : Michael n’avait pas seulement vieilli, il avait aussi beaucoup souffert des épreuves et des  tribulations de sa vie. C’est un fait.  S’il était en bonne santé ou non ne change pas vraiment quoi que ce soit dans ses compétences. Il est clair qu'il a eu une vie très difficile et pourtant il n'a jamais perdu la capacité de chanter et de danser superbement. Le film l'a démontré tout du long. Je peux seulement dire que les répétitions devaient certainement être très fatigantes pour Michael, mais il savait encore comment  travailler dur et danser magistralement.

Quant à la façon dont il danse dans le film, chaque image est un petit chef-d'œuvre. Souvent, la danse n’est pas très complexe. Bien évidemment que Michael improvise, parfois répéter la même séquence encore et encore, est un phénomène fréquent dans l'improvisation. Ce n’est pas stressant pour lui ; c’est un moyen de détente. À d'autres moments, il  se couchait  tout simplement. Mais c’est merveilleux. Même quand il se couchait, il était un génie ; il avait  un corps de génie. Son niaisage est unique aussi, et ne peut pas être imité.

Une fois  Michael a dit au journaliste Martin Bashir qu'un danseur ne doit pas penser, il doit sentir. C’est tout à fait vrai. Vous devez aller avec le courant. Il peut correspondre à la musique ou il peut se développer sans elle, comme une visualisation indépendante. Et cela ne signifie pas que vous videz votre tête - la danse est une information non verbale. Si vous ne pouvez  pas  la sentir psychologiquement en dansant, vous allez échouer. Vous devez vous sentir libre. Si nous parlons des éléments techniquement complexes comme des sauts ou des tours, ils ont besoin de beaucoup de concentration. Mais si la plastique qui, à l'extérieur, semble très complexe est souvent perçue par le danseur comme un élément de détente. Les ondes du volume,  les bras arqués, la flexion du cou et pieds prolongée - tout cela est fait avec le sentiment d'être libre et à l'aise, comme une promenade quotidienne. Votre plastique dans la danse devient votre langage corporel naturel.

Des gens comme Michael maîtrisent tout,  étape  par étape. Ils vivent avec elles. Vous ne venez pas dans une classe de ballet pour penser comment faire un mouvement. Au lieu de cela, vous ressentez le sentiment de ce mouvement, vous le faites, et il devient aussi naturel que respirer. Si vous savez comment le faire, vous le saurez à jamais - aussi longtemps que vos fonctions motrices seront intactes.

Lorsque  des danseurs disent que la danse est un enfer pendant les séances d'entraînement, cela signifie qu’après 5 à 20 minutes de danse vous êtes fatigués, et qu'après quelques heures vous êtes horriblement usés. Mais cela ne signifie pas que vous continuez à penser, « Oh mon Dieu, c’est si dur ! » Danser vous fait vous sentir sûr de vous et heureux, malgré la charge de travail physique. Parfois danser rend vos pieds ensanglantés  et vos ligaments douloureux. Mais quand vous dansez, vous essayez d'ignorer la sensation de douleur, et souvent elle semble plus faible qu'elle ne l'est réellement. Lorsque vous êtes en extase, la douleur peut même disparaître complètement. Cela arrive. Sur scène, tout semble merveilleux, merveilleux et inattendu. Vous êtes au sommet de l'adrénaline. Et parfois, vous ne sentez pas la douleur complète des conséquences de la séance d'entraînement avant le lendemain.

Je ne suis pas un médecin ou un scientifique qui peut décrire tous les processus du cerveau qui se produisent dans cet état d'esprit. Mais je peux dire que l'étape révèle souvent des capacités cachées et des réserves cachées du corps, qui s’ouvrent en raison de notre capacité à utiliser le subconscient et l'état altéré de conscience. Encore une fois, nous contournons, mais pour revenir au point principal de cet article : Michael vivait dans la danse, il est donc absurde de dire que ses compétences  auraient pu être plus faibles qu'avant.

à suivre ......

* Maya Mikhaïlovna Plissetskaïa, rare légende vivante, est née à Moscou le 20 novembre 1925 dans une famille de l'intelligentsia juive. Considérée comme l'une des plus grandes ballerines et surnommée la « Diva de la danse ». Elle est faite prima ballerina assoluta  du Bolchoï en 1962.

Contrairement à la plupart des ballerines, Maya Plissetskaïa ne fit jamais partie du corps de ballet. Elle devint immédiatement soliste.

Ouverte à toute expérience, imaginative, dotée d'un grand sens artistique, d'un talent de comédienne, d'un profond sens musical, et d'une personnalité exceptionnelle, elle a même été qualifiée de « rebelle » par d'aucuns pour avoir vaillamment tenu tête aux multiples affronts (filatures du KGB, véto sur ses projets artistiques, incursions dans sa vie privée, surveillance de ses relations à l'étranger, vexations multiples, etc.) de la classe politique dirigeante de l'époque.

En 1958, elle épouse le compositeur soviétique Rodion Chtchedrine. À eux deux, ils écriront une page d'histoire musicale de la Russie.

Malgré son succès, elle n'est pas très bien vue ni traitée par le pouvoir soviétique. Elle est juive dans un pays notoirement antisémite. Elle est contrainte d'adhérer au Comité antisioniste soviétique sous peine de se voir retirer son passeport. En tant que fille d'« ennemis du peuple » et de « personne politiquement peu sûre », la ballerine est en butte incessante à la défiance des autorités : lors de son voyage à l'étranger en 1960, la police soviétique lui demande des comptes sur l'amitié qui la lie à Robert Kennedy, et elle n'est pas autorisée à sortir du territoire de l'Union soviétique pendant six ans après avoir rejoint la troupe du Bolchoï. C'est finalement Nikita Khrouchtchev qui, en 1959, l'autorise à se rendre à l'étranger. Le gouvernement l'utilise comme ambassadrice des arts à l'étranger mais lui fait les pires affronts dans son pays.

Plus tard, en voyage aux États-Unis, elle rejoint la lutte pour les droits des femmes.

Insatiable, elle avoue  : « Bien sûr, je ne saute plus aussi haut, mais je sens toujours ma force d'hier ». De fait, en 2006, malgré des problèmes de dos, elle est remontée sur la scène de l'Espace Cardin à Paris pour fêter ses quatre-vingts ans.

De nombreux chorégraphes, tels que Maurice Béjart, Roland Petit, Youri Grigorovitch ou Alberto Alonso créent des ballets spécialement pour elle. Pierre Cardin l'habillera et sera son fidèle soutien.

Devenue citoyenne espagnole et après avoir longtemps vécu à Munich, elle réside habituellement à Madrid, tout en partageant son temps avec la Lituanie dont sa famille maternelle est originaire.

Maïa Plissetskaïa a publié ses mémoires, traduites en dix langues et parues, en France,  aux éditions Gallimard le 13 octobre 1995 sous le titre français Moi, Maya Plissetskaïa. Elle y évoque la vie disciplinée d'une danseuse et bien au-delà, soixante-dix années de l'histoire soviétique, de Staline à la perestroïka. Elle décrit son passé, son enfance, la mort de son père, la séparation d'avec sa mère et l'angoisse qu'elle a ressentie à son sujet pendant tout le temps de sa déportation. Elle parle ouvertement des intrigues au théâtre, de l'oppression et de la situation politique générale en Union soviétique.

source : Wikipedia.

Danseuse et femme d'exception, je laisse à l'écrivaine le soin de clore cet article:

« Je suis née à Moscou. Au royaume de Staline. Puis j'ai vécu sous Kroutchev, Brejnev, Andropov,Tchernenko, Gorbatchev, Eltsine... Et j'aurai beau faire, jamais je ne renaîtrai une seconde fois.
Vivons notre vie... Et je l'ai vécue. Je n'oublie pas ceux qui ont été bons pour moi.
Ni ceux qui sont morts, broyés par l'absurde. J'ai vécu pour la danse.
Je n'ai jamais rien su faire d'autre. Merci à cette nature grâce à laquelle j'ai tenu bon,
je ne me suis pas laissée briser, je n'ai pas capitulé. »

Voir les commentaires

MICHAEL JACKSON et sa danse en Vidéo.

16 Février 2015, 09:54am

Publié par motspourtous

Une scène de Ghosts.

Une scène de Ghosts.

la contribution de MICHAEL JACKSON à l'art de la danse  est analysée dans cet article passionnant par la danseuse professionnelle de flamenco et chorégraphe, Amor (Lubov Fadeeva). (Suite 6)

 

J’aimerais parler de quelques autres courts métrages de Michael  et de ses numéros de danse en vidéo. Malheureusement, je ne peux pas expliquer toutes ses merveilles, donc je ne vais en citer que quelques-unes. Parmi les vidéos comprenant des morceaux de danse chorégraphiés, mes favorites sont Bad, Smooth Criminal et Ghosts. Ce sont les œuvres les plus professionnelles et les plus brillantes en termes de mise en scène, de tournage et d'originalité - Des combinaisons splendides de la cinématographie et de la chorégraphie.

Michael Jackson avec Smooth Criminal  est, bien sûr, un chef-d'œuvre de danse dans le cadre de la caméra. Il utilise une variété d'intérieurs, des pas de danse chorégraphiés avec soin et les angles d’une caméra mobile pour le spectateur qui va d'un intérieur à l'autre d'une manière qui correspond à l'histoire et à l'action dramatique. La production haut de gamme crée une séquence logique et unifiée d'images qui véhiculent à la fois la danse et le théâtre. Smooth Criminal est une merveilleuse stylisation du thème des vieux  gangsters d’ Hollywood, où chaque image est théâtrale, dans le bon sens du mot.

Il y a même un instant parfait ou  Michael a injecté un moment d'auto-expression originale : une pause sans musique, avec des gémissements, des cris et des hochements de tête. Un élément merveilleusement dramatique et une place pour la sauvagerie et le chamanisme ;  C’est un peu comme un rituel africain, avec l'assassinat de poulets et de possession démoniaque. À mon avis, c’est le meilleur moment de la vidéo, un ralentissement sur ce thème de gangster d’ Hollywood et de Broadway pour  créer un contraste parfait qui n’entre pas en conflit avec le style général.

Il y a comme un délogement long en dehors du segment de la danse dans son court métrage Bad, Michael est absolument parfait dans son agression et il travaille avec la caméra comme avec un partenaire. Toute la pièce est construite sur cette approche. Le corps de ballet suit Michael en synchrone. C’est leur fonction principale, et ils  ressemblent à une impulsion unie, un défi : le mouvement de la caméra convainc le spectateur que ce défi est réel. Et puis, en finale a cappella et à  part, il y a un détail intéressant : toute l'attention est tellement concentrée sur Michael, que nous ne pouvons pas voir que d'autres ne peuvent même pas atteindre la moitié de son sang-froid et de sa frénésie,  il frissonne presque d'émotion. Il honore tout ce qu'il peut avec ses yeux noirs de colère, tandis que les hommes qui l'entourent sont relativement calmes. Il suffit de regarder à nouveau la vidéo, d’un autre œil,  et vous aurez  la chance de le constater. C’est un contraste drôle.

Bad est certainement l'une des meilleures œuvres de Michael, l'une où l'on découvre qu'il est un acteur de théâtre en mesure de présenter deux personnages très différents. D'abord, il est un humble écolier qui doit en premier et à contre cœur s’adapter à la mauvaise compagnie. Mais ensuite, il se transforme en un homme sûr de soi, un cool man - l'homme que l’humble écolier désire être - pour combattre le mal.

Ghosts est un autre film intéressant. Sa chorégraphie complète l'histoire, et il le fait de façon vivante, montrant de nombreux mouvements de danse novateurs. En fait, je crois que sa plus grande réalisation est l'imagerie créée par sa chorégraphie. Ghosts est souvent comparée avec la célèbre vidéo  de Thriller parce que, à première vue, elle ressemble tout simplement à une utilisation répétée d'un thème de film d'horreur à succès. Cependant, contrairement à Thriller, ce film aborde un sujet philosophique profond de la relation entre l'artiste et le public, entre une personnalité remarquable et la moyenne des hommes. Tout aussi important, elle fournit également un espace beaucoup plus large pour la chorégraphie.

En fait, Thriller  n’a qu’une seule pièce de danse courte, qui est mise en scène de manière à préserver l'équilibre entre le professionnalisme et la simplicité. D'une part, c’est un grand travail théâtral où les danseurs ont du plaisir à jouer divers zombies. Cela leur donne une chance de montrer leur flexibilité et leur expressivité. D'autre part, le Thriller danse est le plus souvent utilisé pour les flashmobs en l’honneur  de MJ, et la raison n’est pas seulement l'immense popularité de la danse, c’est aussi parce que sa chorégraphie est assez facile à apprendre - au moins approximativement, mais pas parfaitement - un grand groupe d'amateurs peut danser plus ou moins ensemble.

Les morceaux de danse dans Ghosts sont beaucoup plus difficiles à réaliser et nécessitent beaucoup plus de compétences que les mouvements de Thriller. Les personnages ont plus de temps d'écran et une meilleure occasion de se montrer. Cette danse comprend plus d'innovations et de bizarreries chorégraphiques, des éléments dramatiques qui créent une illusion d'étrangeté autour d'un groupe de fantômes de l'au-delà. Michael lui-même joue quelques rôles différents, et chacun de ses rôles réfracte légèrement sa plastique pour s’adapter au caractère actuel. Par exemple, il exerce les mouvements de danse de sa création d'une façon typique et très reconnaissable tout en créant la danse du squelette numérique (avec l'aide de caméras de capture de mouvements) juste pour aider le public à comprendre qui danse dans cette image de squelette.

Mais quand il utilise un ensemble similaire de mouvements tout en dansant dans le rôle du  gros maire il ajoute beaucoup d'ironie, et la danse devient comique. Puis, comme il  joue, le Maestro, il ne le fait pas  pour les clichés mais il affiche un certain nombres d'éléments innovants jamais vus auparavant, qui font que la chorégraphie dans ce film est absolument différente de n’importe quelle autre de ses danses précédentes.

Michael Jackson  et son Billie Jean lors du 25ème anniversaire de Motown : Je voudrais également ajouter quelques mots au sujet de Billie Jean,  c’est peut-être le morceau  qui a lancé sa signature entre toutes les danses solo de Michael. C’est son chef-d'œuvre, basé sur le minimalisme, comme un monologue mis en scène dans un décor nu, accentué seulement, par l'éclairage. Seul un vrai maître peut divertir les gens et ne pas être ennuyeux dans une telle forme minimale. C’est beaucoup plus intéressant pour moi, personnellement, de regarder une improvisation, quand l'interprète montre quelque chose de spontané et d’unique. Billie Jean a toujours une place pour l'improvisation. Merci à son élégance simple et son individualité, la performance de Billie Jean a donné lieu à  l'une des images les plus mémorables de Michael Jackson depuis de nombreuses années. C’est cette danse qui est la plus souvent utilisée  pour imiter Michael (qui, je dois dire, devient essentiellement misérable dans ce cas). Et c’était Billie Jean qui a fait  sensation au Motown 25 donnant à  Michael, l'artiste,  à une toute nouvelle hauteur.

Il est évident pour moi que de sa performance au Motown 25 en 1983 est différente de toutes ses versions ultérieures en concert à bien des égards. Elle  n’était est pas encore parfaite, et le moonwalk n’était pas effectué aussi bien que dans ses versions ultérieures. Peut-être que le sol n’était pas assez glissant. Pourtant, la charge émotionnelle de sa danse était si électrisante qu'elle n'a jamais été compensée par rien.

A la fin de la performance au Motown 25, lorsque Michael s’arrête et regarde dans le public ... Je ne sais pas comment décrire l'expression de ses yeux, mais je comprends tout cela. C’est dans ce genre de moment que quelques  minutes peuvent tout changer. Vous semblez avoir un corps différent. Vous essayez de tout mémoriser, mais il vous reste seulement des fragments, des fragments de mémoire, de souvenirs et de sentiments. C’est une telle poussée d’adrénaline qu'il se sent comme s’il avait travaillé pendant deux heures au lieu de deux minutes. Et, bien sûr, c’est le contact le plus puissant avec le public, qui ne vous inspire plus à ce moment là. Quand le public est exigeant et que vous avez envie  de plaire en montrant quelque chose de nouveau pour la première fois, c’est un moment très spécial. Je regarde toujours cette performance et je pense que Michael passait un examen. Il n'a même pas eu un seul  coup de projecteur.  Il était juste un artiste sur scène. Mais de toute façon cela était  plus spectaculaire que des spectacles coûteux avec des effets spéciaux.

A suivre ......

Voir les commentaires

MICHAEL JACKSON et les MOTIFS ESPAGNOLS.

12 Février 2015, 10:14am

Publié par motspourtous

MICHAEL JACKSON et les MOTIFS ESPAGNOLS.MICHAEL JACKSON et les MOTIFS ESPAGNOLS.
  • La contribution à l'art de la danse de Michael JACKSON est analysée dans cet article passionnant par la danseuse professionnelle de flamenco et chorégraphe, Amor (Lubov Fadeeva). (Suite 5)

Parce que j’ai étudié et travaillé  la danse et la culture du flamenco depuis de nombreuses années, je me suis demandée si  cette culture avait influencé l'art de Michael d’une certaine façon. Je ne vois pas d'influence directe. Mais je vois des points de connexion.

Comme je l'ai dit de nombreuses fois auparavant, les traditions de la danse folklorique et de la musique populaire dans le monde proviennent de la même histoire et pour les mêmes raisons,  cela inclut le flamenco et la culture afro-américaine (y compris le jazz). Les deux ethnies remontent à l'Antiquité, et les deux ont des influences africaines, mais à un degré différent.  Les deux traditions ont les mêmes bases, telles que l'improvisation, la plastique, le rythme, l’expression des émotions puissantes et un état extatique de l'esprit souvent lié à des croyances mystiques du passé.

Le Flamenco et la culture afro-américaine sont également proches parce que les deux cultures ont été conservées pendant des siècles par les populations qui chantaient non seulement pour les moments de joie, mais aussi les  fardeaux de la vie, la solitude et la mort. Aussi, les deux cultures ont des connexions au christianisme, la création de sous-genres intéressants au sein des festivals de l'église et des chants. Les deux cultures ont souvent coupé dans l'histoire, donnant naissance à des hybrides intéressants et de nouveaux genres. Même aujourd'hui, ces cultures sont toujours amicales. L’Art espagnol s’appuie sur des arabesques africaines sous diverses formes, nous donnant des styles mélangés comme le flamenco jazz.

Pour revenir à la question de l'influence du flamenco sur Michael, je sais qu'il a communiqué un peu avec Joaquin Cortés,

l'un des plus célèbres danseurs de flamenco moderne. Tant dans leur art et leur image sur la scène, nous pouvons voir quelques similitudes entre eux. Bien que l’on puisse se demander s’il y a une influence directe, ils ont clairement quelque chose en commun - par exemple, un chapeau noir, un tee-shirt blanc, les cheveux longs et une capacité habile de travailler avec le public.

Les références de Michael au flamenco sont clairement visibles dans son court métrage « In The Closet ».

 

Premièrement, nous apercevons des danseuses espagnoles dans de longues jupes blanches. Même si elles ne sont pas vraiment espagnoles, elles dansent le flamenco. C’est clair. Deuxièmement, les danseurs et Michael portent  tous des coiffures de style flamenco, avec leurs cheveux très serrés et tirés en arrière. Beaucoup de gens ont noté qu'il était inhabituel de voir Michael avec ses cheveux noués en catogan. Mais c’est un attribut de style : le concept global de la vidéo, y compris les costumes et la scénographie, font penser à un peu d'Espagne et à l'Amérique latine, mais peut-être que l'espagnol est prépondérant. Même les chaussures à talons  de Michael ressemblent à celles  portées par les danseuses espagnoles. En revanche, l'image de Naomi Campbell est clairement d’Amérique latine. Elle porte une robe courte dans le style de la lambada brésilienne. Le scénario de la vidéo se passe sur fond de maisons blanchies à la chaux, classique pour le sud de l'Espagne et similaires à celles observées en Amérique latine. Peut-être que ce choix a été fait afin de souligner l'érotisme de la vidéo, puisque beaucoup de gens associent les  cultures espagnoles et latino-américaines avec la passion et la sexualité.

à suivre .....

Voir les commentaires

MICHAEL JACKSON UN DANSEUR EN COLÈRE.

7 Février 2015, 10:15am

Publié par motspourtous

MICHAEL JACKSON UN DANSEUR EN COLÈRE.

L'art de la danse de MICHAEL JACKSON est analysé dans cet article passionnant par la danseuse professionnelle de flamenco et chorégraphe, Amor (Lubov Fadeeva). ( Suite 4)

 

Michael Jackson danse Dangerous. Maintenant, nous allons parler de la sexualité perçue dans les mouvements de Michael,  un sujet que j’ai promis d’aborder plus tôt. Vous savez, la sexualité, l'agressivité et la passion ont beaucoup en commun. Cela peut être dit à propos de beaucoup de danses folkloriques qui comprennent l'émotivité et la passion. Toute manifestation d'un être humain dans la danse, lorsque la personne se sent libre émotionnellement, peut être perçue comme une manifestation de la sexualité parce que la frontière entre les émotions et l’instinct de base sont assez minces. Pourtant, cela ne signifie pas qu'il n'y ait pas de limite du tout.

Fred Astaire a dit à Michael, « Vous êtes un danseur en colère », et cette déclaration est exacte. Cela ne signifie pas une mauvaise colère, mais la passion - la passion de la performance - quelque chose de frénétique et diablement séduisant.

L'humeur du danseur influe fortement sur ce que le corps fait. Vous devez savoir comment verser vos sentiments dans l'énergie en mouvement. Alors seulement, la danse se danse. Sans elle, c’est juste de la gymnastique. Et si les sentiments sont simplement représentés par des expressions faciales et pas vraiment ressentis, ils vont devenir  grotesques.

Il faut rappeler que dans l'art, la spiritualité est primaire, et la technique secondaire. Les sports sont différents - dans le sport, la technique est primordiale - mais la danse n’est pas un sport. Michael Jackson avait ce qu'il fallait  en terme de don artistique. Beaucoup de ses mouvements avaient l'air si brillants, lisses, et talentueux,  non pas parce qu'il était techniquement qualifié (bien qu'il en était certainement capable) mais parce qu'il  vivait chaque mouvement. Tout son être participait, y compris son subconscient, soit la production de cette union parfaite de plastique avec la musique. Malheureusement, ce n’est pas quelque chose que l’on peut apprendre. C’est un talent naturel.

Par ailleurs, Michael n’était pas le danseur le plus techniquement compétent dans le monde. Il n'a jamais effectué des sauts avec des écarts, il n’a jamais frappé cinquante pas par seconde et n’a jamais fait 32 fouettés à la suite, même si parfois il a fait des choses étonnantes pour un corps humain. Sans aucun doute, il y a beaucoup de danseurs contemporains, en particulier des jeunes, qui feront ce que Michael a pu faire. Mais même ainsi, nous le trouvons prestigieux, et les autres danseurs sont juste extras et communs pour nous. Pourquoi est-ce ainsi ?

Je vais le dire encore une fois : la raison est le don artistique, l'énergie, la sorcellerie et le charisme chamanique. La grandeur sur scène ne commence pas lorsque le danseur peut faire un saut périlleux ou voler trois mètres au-dessus de la scène. C’est de l'acrobatie de cirque. La Technique n’est qu'un moyen utilisé par l'art de la danse. Le talent dans cette forme d'art ne provient pas de la technique, mais de la capacité de parler et de peindre avec son corps, d'exprimer des nuances et de trouver un style individuel des mouvements de votre corps. Un artiste réalise la grandeur complète en danse s’il peut transformer un petit geste en petit spectacle, c’est un acte sacré. Michael Jackson savait comment le faire. C’est pourquoi il était un génie.

Je me souviens combien j’ai été interpellée quand j’ai entendu des gens parler de sa gloire excessive. Ils ont fait valoir, par exemple, que le moonwalk n'a même pas été créé par Michael lui-même mais  que c’était le mouvement de Marcel Marceau. Eh bien, si nous creusons dans l'histoire, nous découvrons que ce mouvement existait bien avant Marceau. En outre, étant une danseuse moi-même, je peux dire que le moonwalk est juste un fétiche dans un style de danse individuel - la danse de Michael Jackson.

Il y a un truc intéressant dans la chorégraphie, utilisé par beaucoup, qui consiste à trouver un geste mémorable original et le mettre en valeur pour l'aboutissement d'une performance. Ce mouvement doit être unique ou drôle, mais il n'a pas à être techniquement complexe. Trouver un tel mouvement peut être un mérite en soi - car cela n’est pas facile.

C’est le cas du moonwalk : un mouvement très simple qui peut être appris par toute personne qui peut plus ou moins contrôler son corps. Je ne parle pas des versions avancées, telles que le glissement latéral ou moonwalk circulaire – ceux-ci sont plus difficiles. Mais le moonwalk classique (c’est à dire, la marche à reculons) peut être effectué même par un amateur. Oui, c’est rare, mais vous devez juste comprendre le principe du passage à répéter. C’est tout ce qu'il faut.

La danse de Michael démontre tellement plus intensément sa plastique et sa technique, Regardez la façon dont il contrôle son corps, sa coordination, son sens du rythme! Et ses tours ! Ils sont tout simplement incroyables ! C’est quelque chose que seul un professionnel très doué peut faire.

Pourtant, le moonwalk est le mouvement que les gens désignent comme un effet purement social « sensationnel. » - Lancé par un esprit artistique et par un choix chorégraphique talentueux. Mais,  effectuer une telle composante  à l’anniversaire historique de la  Motown,  la rendre mémorable en mettant autant d'énergie dans sa danse - ça a payé.

Quand les journalistes parlent de la danse de Michael, ils citent généralement le moonwalk comme sa réalisation spéciale dans la technique de la danse. Le moonwalk est peut être un événement historique ; Cependant, ce n’est pas sa principale contribution à l'art de la danse. Ses contributions d'étendent bien au-delà. Elles ne sont pas seulement des éléments spécifiques de la danse, mais, d'abord et avant tout, un style en premier plan, par son riche et expressif langage du corps, et son approche unique de la danse.

Il y a une multitude de pas de danse et de techniques dans le monde, et de nouvelles continueront à apparaître à l'infini. Le ciel est la limite. Pourtant, l'histoire commémore ces danseurs qui pouvaient créer quelque chose de spécial sur scène et qui rendaient les gens grisés dans leur esprit, avec amour, pleurs, se réjouissant et faisant preuve d'empathie avec le danseur. C’est l'élément le plus important du travail d'un artiste. Si vous pouvez définir une étincelle et allumer un feu dans votre propre cœur et le cœur des téléspectateurs, alors vous êtes un maître. Toutes les étapes et les techniques servent simplement d’instrument pour créer cet effet. C’est leur combinaison harmonieuse en un seul organisme qui est important, tout comme la musique est composée de sept notes de diverses octaves. Un peu de musique peut vous toucher et vous étonner, tandis que d'autres musiques ne le font  pas,  tout simplement. C’est La même chose pour la danse.

Revenons aux racines de la danse de Michael une fois de plus. Quand les gens parlent de sa danse, ils rappellent souvent le légendaire Fred Astaire et ses pas de danse. Ici, nous pouvons voir de qui Michael a « hérité » -  l'ensemble de style gangster avec les chaussures et le chapeau, les costumes, les couleurs et les effets de lumière, et l'utilisation directe des éléments de danse dans cette étape. Mais le plus étonnant, c’est qu'il a emprunté seul des moyens stylistiques externes (comme motifs du pop classique) et les a mélangés avec sa passion spontanée africaine -  pas autant à la manière de la danse réalisée par des danseurs noirs, mais dans l’improvisation passionnée naturelle  des danses folkloriques d'Afrique et du bassin des Caraïbes. C’est là que la gaieté, les paillettes de la scène, et l'élégance la transforment soudain en une danse chamanique spontanée au son des tambours. Remarquez comment Michael semble très à l'aise  et organique au milieu des batteurs brésiliens dans son court métrage They Do not Care About Us. Ils ont une nature commune.

En vérité, Michael ne ressemble que de loin à un dandy de la scène dans ses chaussures de cuir verni. C’est juste un spectacle théâtral qu'il intègre pour créer un certain effet. Il n'a pas les guêtres des gangsters, mais des mocassins noirs et des chaussettes blanches; la veste noire cache un tee-shirt et une chemise qu'il déchire de haut en bas à tout moment; et son fedora élégant couvre ses cheveux ébouriffés qui n'ont rien en commun avec la brillantine des  danseurs bien gominés du passé. Il a juste besoin du regard pour apparaître dans le feu des projecteurs. Le spot est un outil théâtral aussi vieux que le monde, nous l’utilisons tous - et Michael n’était pas le premier à le créer. Il a emprunté des classiques. La lumière et l'ombre de l'éclairage à haut contraste accentuent un gant blanc ou un ruban blanc sur le bout de ses doigts - et vous avez le premier accord du mystère intriguant. Un cavalier vêtu de noir, marchant dans les ténèbres, un archétype si séduisant pour les dames depuis les temps des comédies de cape et d'épée. Une femme ne peut pas voir son visage, mais rêve déjà de lui comme lorsqu’un amant secret romantique lui rend visite dans le milieu de la nuit et escalade sa fenêtre. Ainsi le chapeau enfoncé  met à l'ombre ses yeux.

Les parties les plus éloquentes de l'organisme, lors de la danse,  sont les mains et les pieds. En particulier, les mains. Les mains sont le troisième outil après les mots et les expressions du visage pour nous aider à exprimer nos pensées et nos sentiments. Elles font des gestes ; elles parlent ; elles peuvent même chanter. Je dis souvent à mes étudiants que, pour être vraiment expressif en dansant, les mains doivent continuer l'impulsion sortant de nous, de notre regard et nos sentiments. La paume et le bout des doigts sont la source d'énergie de l’effusion. Ils doivent être visibles. Les mains sont l'instrument le plus délicat en mouvement.

Michael a renforcé l'effet visuel avec l'aide d’un ruban blanc et d’un gant. Ils ont agi comme des boules de feu dans  l'énergie clignotante contre les ténèbres de l'image mystérieuse. La même chose était vraie pour les chaussettes blanches - elles accentuaient ses pieds. Et toute cette élégante magie d'un cavalier en noir s’ouvrit soudain dans une extase sauvage africaine cachée sous les couvertures des accessoires de théâtre.  Les Étapes des mouvements de danse ont été transformées en voûtes sensuelles du corps, par le célèbre mouvement d’entrejambe, osé,  et la chemise folle déchirée.

Cela fonctionne mieux qu’un strip-tease. C’est la séduction au niveau des associations inconscientes et des émotions, le niveau de la beauté et de la physiologie n’est pas évident. C’est ainsi que Michael saisit l'attention des femmes,  même des femmes les plus exigeantes,  et des jeunes femmes qui ne relèvent pas des manifestations de la rude masculinité.

Michael n'a pas réalisé ce qu'il faisait ? Je pense qu’il l’a fait  intuitivement, et il a également réalisé qu'il attirait beaucoup d'attention - mais il n'a jamais trop pensé à ce sujet. Et cela lui a permis de danser naturellement, chastement et naïvement, comme un homme sauvage. Son corps dansant est devenu séduisant et désirable, tandis que son âme est restée remplie d'énergie pure. C’est la sensualité d'un niveau supérieur, où le corps est soumis à l'esprit.

Certains diront que Michael avait des courts métrages et des morceaux de danse avec des références en direct avec la sexualité - il a dansé avec des femmes et a abordé tous les aspects des relations dans sa danse.

L'art de chaque   artiste reflète divers aspects de la vie, y compris l'amour et  la sexualité,  nous devons comprendre que chaque danse est consacrée à ce sujet, peu importe les mouvements intégrés.

C’est toujours amusant de savoir comment les gens supposent un contexte sexuel dans les danses où il n'y a qu’une personne. Nous devons nous rappeler que la danse est un art réalisé activement par le corps. Le corps peut spontanément et parfois même inconsciemment manifester quelque chose qu'un observateur détaché pourrait voir comme sexuel. Vous pouvez tout simplement être sur la plage et vous détendre, mais peut-être que quelqu'un vous regarde en pensant à un message sexuel. C’est le problème du spectateur et non votre message intérieur.

De la même façon, un artiste peut exprimer un message différent dans la danse, que ce qui est perçu par un spectateur – ou ne rien exprimer du tout. Le sexe pourrait ne pas être dans l'esprit de l'artiste. Dans le cas de Michael, le sexe était souvent secondaire. Il était trop religieux, timide et spirituel pour souligner ces choses. Lui, comme toute personne, a certainement eu une sexualité inconsciente, mais il ne l’a jamais transformée en non-stop dans une manifestation directe et une séduction vulgaire. Cette ostentation, appropriée ou non, s’affiche par presque tous les artistes pop modernes, de Madonna aux boys bands  pour  servir les adolescentes. Ils  véhiculent un message distinct qui doit éveiller quelqu'un dans le public. Il se distingue, même dans les numéros de danse qui n’en ont  certainement pas besoin. La majorité des artistes pop sont obsédés par leur attrait sexuel : ils veulent être tellement  désirés que parfois ils n’apportent rien sur scène de plus que le sexe, dans sa forme la plus grossière, et qui les prive de leur véritable charme.

Michael n'a jamais fait cela. Sa danse ne contenait pas cette ostentation provocatrice émoussée. Il avait la sensualité naturelle et non fallacieuse. Quand il dansait, il éteignait toute l'information verbale logique. Il a simplement dansé, comme ses ancêtres en Afrique qui dansaient presque nus,  et il  n'a jamais considéré leur nudité comme quelque chose d'inconvenant. Il était sexy, il  brûlait de passion, mais il ne connaissait pas la vulgarité. Même si Michael l’a utilisée  consciemment comme le montrent  les techniques dans sa danse, il  retourna toujours dans la sincérité d'un enfant et d’un chaman sauvage. Il a simplement dansé et apprécié la danse en elle-même, et non  pensé à ce que sa danse suscitait pour quelqu'un. C’est la différence entre lui et beaucoup d'autres artistes de la pop.

Les danses provenant des racines folkloriques anciennes ont généralement beaucoup de mouvements en rapport  avec la nature sensuelle et sexuelle. Par exemple, si vous regardez les Tsiganes espagnols communs  danser dans  leurs réunions de famille, vous pouvez les voir se déplacer malicieusement et audacieusement dans leur danse ludique. Pourtant, ces personnes ont un ordre patriarcal strict dans leur vie quotidienne, et les filles sont élevées dans la chasteté, ce qui est très apprécié dans leur société.

Si vous regardez les danses folkloriques des Latino-Américains ou des Afro-Américains, vous voyez aussi beaucoup de mouvements sensuels, y compris l’accaparement de l’entrejambe. Et remarquez la façon dont les Brésiliens secouent  les différentes parties de leur corps ... Tout cela est sexuel. C’est un rappel que toutes les danses folkloriques,  étaient autrefois des attributs de cultes et des fêtes païennes. Les mouvements qui font allusion à quelque chose de sexuel visaient à louer la fertilité, la récolte et une descendance saine. Le sens ne consiste  pas à éveiller le spectateur, mais à la louange de la célébration de la vie, ou un rituel religieux.

L’énergie émise dans la danse extatique était conçue pour apporter le bien-être à leur tribu et reflètent leur union avec les forces suprêmes et avec la nature. La sexualité de leurs mouvements était un outil et non l'objectif final. C’est pourquoi dans toutes ces cultures de tels mouvements sensuels, et naturels ne sont pas du tout obscènes. Ces mouvements sont familiers à la population locale – ils les  ont vu eux ou  dansé depuis l'enfance et ne leur attachent aucune importance particulière. Les danseurs ne franchissent pas une ligne. Ils sont tout simplement naturels pour eux.

Parlant de la danse folklorique africaine, examinez la façon dont les petites filles du Sénégal dansent dans les rues de leur village. C’est un passe-temps commun de l'enfance, tout comme les filles américaines sautent à la corde dans les allées de l'Indiana. Néanmoins, les filles du Sénégal font habituellement des poussées rythmiques rapides avec leurs hanches, saisissant parfois leurs jupes entre leurs jambes. Cela pourrait être considéré comme mauvais dans les cultures européennes traditionnelles, mais la culture africaine ne voit pas de sens obscène dans ces mouvements, si naturellement ils sont effectués sans l'ombre de la vulgarité.

Nous pouvons voir des mouvements similaires dans des danses exécutées par des professionnels - par exemple, quand le  Chuck Davis africain/ American dance ensemble, ils effectuent des danses traditionnelles africaines et afro-américaines. Bien sûr, nous pouvons remarquer les poses des corps, la direction des mouvements des mains et pieds, et la façon dont ils sont réalisés librement. Beaucoup de ces mouvements pourraient facilement être jugés  vulgaires si l'on voulait leur prêter un degré d'obscénité.

En bref, un mouvement est rendu vulgaire non par la partie du corps qui le rend, mais par la façon dont il  est présenté et perçu.

Loin dans mon enfance, j’en suis venue à la conclusion que toute la culture de la musique et de la danse populaire moderne est originaire d'Afrique. C’est tout à fait évident. Cependant, le film Danse Black América que j’ai vu m’a ensuite laissé une forte impression.

 J’ai réalisé que la moitié de notre vie quotidienne est liée à l'Afrique. Ce film est un matériau merveilleux. Il retrace l'histoire de la danse noire des racines folkloriques anciennes à la danse moderne. Lorsque  Nous voyons le Step dancing,  le Lindy Hop et  diverses pièces de théâtre depuis le début du 20ème siècle. Toutes ces danses sont le patrimoine de l'Afrique. Et toute la culture pop occidentale emprunte ses rythmes d'Afrique.

La chose la plus étonnante est que les Africains ont complètement changé les notions européennes sur la façon de danser. Où sont les valses et gavottes européennes maintenant ? Arrêtées dans les petites niches de la haute culture - dans la danse de salon et autres spectacles de danse historique, mais complètement oubliées pour ceux qui souhaitent l’étudier.  Le principe de la libre circulation de l'Afrique dans toutes les parties du corps, est exclu de toute discothèque ou night-club. Mais même les personnes sans talent qui dansent simplement avec leurs pieds en musique tout en agitant leurs bras en l'air produisent encore l'écho de l'esthétique africaine dans leurs mouvements.

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 > >>